«La France a besoin du consentement de la Russie pour vendre les navires Mistral»

Les navires de guerre Mistral Sébastopol et Vladivostok Source: Reuters
Les navires de guerre Mistral Sébastopol et Vladivostok

La France ne pourra pas vendre les malheureux navires Mistral, qui ont été construit exprès pour la Russie, sans son consentement, a affirmé le vice-premier ministre russe Dmitri Rogozine.

«Sans notre consentement, ils ne vendront rien», a indiqué le vice-premier ministre russe en ajoutant qu’il l’avait déjà expliqué à la partie française. D’après lui, la Russie possède un certificat d’utilisation finale des sections arrières des navires.

Les sections arrière des porte-hélicoptères ont été conçues au chantier naval de Saint-Pétersbourg avant d’être transportées en France pour assemblage, a-t-il expliqué.

La France ne pourra pas non plus utiliser les navires Mistral comme une partie de sa flotte parce qu’ils ont été construits conformément aux caractéristiques de la marine russe, a souligné Rogozine.

Plus tôt cette semaine, le journal Figaro a fait référence à une source non identifiée qui affirmait que Paris pensait à vendre les Mistral à un troisième parti ou dans le cas extrême, à les démanteler ou même les faire couler.

La Russie et la France ont signé un contrat de 1,12 milliards d’euros portant sur la construction de deux navires de guerre de type Mistral encore en 2011.

Cependant, la livraison des Mistral est suspendue depuis le 3 septembre 2014. Le premier navire devait être remis à la Russie en octobre 2014 mais la France a jugé bon de s’abstenir d’exécuter le contrat étant donné les différends entourant la crise ukrainienne.

En avril dernier, le président Français François Hollande a reconnu le fait que la Russie devait obtenir un remboursement en cas de non-livraison. La livraison du second navire était prévue pour le 1er novembre 2015.

En savoir plus : Hollande : il serait normal de rembourser la Russie en cas de non livraison des Mistral

La décision de payer des dommages et intérêts à la Russie n’a pas encore été officiellement annoncée, les médias français ont rapporté que Paris rendra 800 millions d’euros de la valeur du contrat et payera 300 millions d’euros supplémentaires comme une compensation des dépenses occasionnées.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales