Attentats du 13 novembre : Brahim Abdeslam cherchait l'âme sœur sur internet

Capture d'écran du site Muslima.com
Capture d'écran du site Muslima.com

Selon une info de l'Obs, les policiers ont réussi à faire parler le smartphone du terroriste et ont pu retracer ses dernières recherches. Au menu : sites de rencontre, chants djihadistes et sorcellerie. Itinéraire compliqué d'une radicalisation.

Une semaine après la révélation de détails surprenants concernant Salah Abdeslam, c'est au sujet de son frère, Brahim, qu'on en apprend un peu plus.

Brahim Abdeslam avait laissé son iPhone 5 dans la chambre de ses parents à Molenbeek avant de partir pour Paris et participer aux mitraillages du funeste 13 novembre 2015. Mais les enquêteurs ont enfin pu mettre la main sur la sauvegarde iCloud de l'iPhone de Brahim Abdeslam et accéder aux dernières recherches du terroriste dans la semaine qui a précédé les attentats. Les trouvailles de la police française dépeignent Brahim Abdeslam comme un homme pétri de contradictions et qui paraît se chercher. Ainsi, le 1er novembre 2015, Brahim Abdeslam semble avoir des interrogations spirituelles et religieuses, alors qu'il tape dans un moteur de recherche les mots «après avoir eu la foi». 

Quatre jours plus tard, le 5 novembre, le terroriste parcourt les annonces immobilières à la recherche d'un appartement à Paris. Ce jour-là, il consulte également le site Muslima.com à la recherche d'annonces de rencontre. Appartement, âme sœur... l'homme de 31 ans donne l'impression de se projeter dans l'avenir. L'information est importante, sachant que huit jours plus tard, il se faisait sauter dans le café Comptoir Voltaire à Paris. Cela pourrait étayer la thèse selon laquelle le terroriste aurait été appelé au dernier moment pour participer aux attaques.

Ainsi, le 9 novembre, le smartphone montre qu'Abdeslam écoute – revirement complet – des chants religieux sur Youtube. Le contraste de ses centres d'intérêt avec ceux du 5 novembre est saisissant. En outre, l'analyse de la sauvegarde du téléphone montre qu'un mois plus tôt, le terroriste avait pris rendez-vous avec un praticien de médecine alternative, la «hijama», qui permet de «lutter contre la sorcellerie», selon la police.

Selon son ex-épouse, son passe-temps favori était de «fumer de l'herbe et de dormir»

Les révélations de la police semblent témoigner d'une véritable métamorphose et d'une bascule brutale dans la radicalisation. Namia, qui a été mariée deux ans à Brahim Abdeslam, décrivait au lendemain des attentats un jeune homme «paresseux mais prévenant» et porté sur les boissons alcoolisées et le haschich. Toujours selon les confessions dans la presse anglaise de sa compagne Abdeslam n'allait jamais à la mosquée, ne priait pas et ne respectait pas le ramadan. «Après notre rencontre, il m’emmenait régulièrement au cinéma, au restaurant ou à des concerts de musique arabe. J’étais heureuse et amoureuse.»

Après les mitraillages des terrasses parisiennes le 13 novembre 2015, Brahim Abdeslam se fait déposer par ses complices au café Comptoir Voltaire dans le 11e arrondissement : c'est là qu'il actionne son dispositif et se fait exploser au beau milieu des clients. L'explosion a fait deux blessés graves et une dizaine de blessés légers.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales