Loi travail : le préfet de police interdit la manifestation de jeudi à Paris

Manifestation contre la loi travail à Paris le 29 avril dernier Source: Reuters
Manifestation contre la loi travail à Paris le 29 avril dernier

Le préfet de police de Paris a annoncé ce mercredi 22 juin l'interdiction de la manifestation contre la loi travail que voulaient organiser jeudi à Paris les syndicats opposés au projet du gouvernement, après plusieurs jours de bras de fer.

Les sept syndicats contestataires souhaitaient initialement défiler entre la place de la Bastille et la place de la Nation jeudi 23 juin à 14h. Mais les autorités insistaient depuis lundi pour qu'ils choisissent une manifestation «statique» plutôt qu'un défilé, en invoquant des raisons de sécurité après les violences qui ont émaillé la manifestation nationale du 14 juin dans la capitale.

Les «représentants des syndicats refusant catégoriquement la tenue d'un rassemblement statique et formulant ensuite des propositions alternatives d'itinéraires» qui n'ont pu faire l'objet d'un consensus, le préfet de police Michel Cadot «considère qu'il n'a pas d'autre choix que d'interdire la tenue de la manifestation», a indiqué la préfecture de police dans un communiqué.

Les propositions d'itinéraires alternatifs formulées par les syndicats (CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, UNL et Fidl) «ne permettent en aucune façon de répondre à la nécessaire sécurité des personnes et des biens, ni aux exigences de mobilisation maximale des forces de police et des forces mobiles contre la menace terroriste», a souligné la préfecture, insistant sur «l'épuisement» des forces de l'ordre.

Le «rassemblement statique sur une grande place parisienne» permettait, selon la PP, «de maintenir le droit d’expression des citoyens tout en limitant les risques de dégradations des commerces, habitations et institutions ainsi que les violences aux personnes et représentants des forces de l'ordre».

Jean-Claude Mailly et Philippe Martinez ont demandé à «être reçus rapidement par le ministre de l'Intérieur»

Les secrétaires généraux de Force ouvrière Jean-Claude Mailly de la CGT et Philippe Martinez ont demandé mercredi à «être reçus rapidement par le ministre de l'Intérieur» Bernard Cazeneuve, après cette interdiction. Les deux leaders font part de leur demande dans un bref communiqué sans commenter l'interdiction prononcée ce mercredi 22 juin au matin par le préfet de police de Paris.

Bernard Cazeneuve avait lui-même écrit lundi au numéro un de la CGT Philippe Martinez pour lui dire que «dans ce contexte de tension et de heurts récurrents [...], le renouvellement à l'identique d'une manifestation itinérante le 23 juin n'apparaissait pas envisageable».

Pour les syndicats, un simple rassemblement constitue une «remise en cause de la liberté de manifester», d'autant que de nombreuses manifestations sont prévues ailleurs jeudi en France, sans menaces d'interdiction. Faire du surplace serait de surcroît dangereux pour la sécurité des manifestants, ont-ils argué. La manifestation nationale du 14 juin avait donné lieu à d'importantes dégradations et 28 policiers et 11 manifestants y avaient été blessés.

Lire aussi : Loi travail : évacuation policière au centre de déchets d'Ivry (PHOTOS, VIDEOS)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales