Manifestation contre la loi travail : 18 personnes présentées jeudi en comparution immédiate

- Avec AFP

Un manifestant arrêté lors de la manifestation du 14 juin © Jacky Naegelen Source: Reuters
Un manifestant arrêté lors de la manifestation du 14 juin

Dix-huit personnes, interpellées mardi après des affrontements lors d'une nouvelle manifestation contre la loi travail, vont être présentées jeudi après-midi devant le tribunal correctionnel de Paris pour être jugées en comparution immédiate.

Elles sont renvoyées devant la justice pour «violences sur personne dépositaire de l'autorité publique»  commises lors de ce rassemblement au cours duquel plusieurs centaines de personnes encagoulées avaient pris à partie les forces de l'ordre. L'audience doit se tenir à partir de 13h30 dans les locaux de la 12e chambre correctionnelle.

Quarante-quatre personnes, interpellées au cours du défilé et dans le quartier de la place de la République, avaient été placées en garde à vue à l'issue de la manifestation. «A ce stade, 24 ont été déférées et des gardes à vue sont encore en cours», a précisé la source judiciaire.

Les incidents ont été particulièrement spectaculaires dans le secteur de Port-Royal, des Invalides, mais aussi dans les XIe et XVe arrondissements où des baies vitrées du ministère des Outre-Mer et surtout de l'hôpital pédiatrique Necker-enfants malades ont été brisées.

Vitrines de banques, d'opticien, de serrurier, de restaurants, supérettes, salons de coiffure ou un centre d'imagerie médicale : les casseurs s'en sont aussi pris à de nombreux commerces, parfois sous les huées d'une partie des manifestants. Place de la République, un véhicule de la RATP et deux Autolib, vides de tout occupant, ont été incendiés dans la soirée.

Vingt-neuf policiers et onze manifestants ont été blessés au cours de la manifestation, selon la préfecture de police de Paris.

Lire aussi : Du droit à manifester

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales