Quatre jeunes en prison pour avoir attaqué un restaurant Bagelstein considéré sexiste

Le Bagelstein de Rennes © Capture d'écran Twitter
Le Bagelstein de Rennes

Quatre jeunes ont été condamnés vendredi à Rennes à des peines de prison ferme et placés en détention pour des violences contre le gérant d'une sandwicherie Bagelstein, une chaîne qu'ils accusent de tenir des propos sexistes et homophobes.

Les faits se sont déroulés jeudi 26 mai, après la manifestation contre la loi travail à Rennes. Les quatre jeunes, trois de 19 ans et un de 24 ans, se sont dirigés vers cette franchise de la marque Bagelstein, dénoncée par des internautes comme pratiquant des «blagues sexistes et homophobes», pour «voir ce qu'il en était», selon l'avocate de l'un d'entre eux, Jennifer Cambra.

Une fois arrivés sur place, les versions divergent sur le déroulement des faits mais à l'arrivée de la Brigade anti-criminalité (BAC) sur les lieux, le gérant était en train de se battre avec l'un des jeunes. «Ça a dégénéré, il y a eu une empoignade, des coups ont été donnés», explique l'avocate qui dénonce, sur le fond de ce dossier, la communication de la chaîne Bagelstein.

«Leur système de communication est basé sur des blagues vulgaires sur les femmes et les homosexuels», assure Me Cambra, donnant pour exemple quelques blagues douteuses et les critiques des internautes, sur les réseaux sociaux mais aussi une manifestation vendredi devant la franchise rennaise, de plusieurs dizaines de membres d'un collectif féministe.

Les quatre jeunes ont finalement été condamnés vendredi 27 mai par le tribunal correctionnel de Rennes à des peines allant de un à trois mois de prison ferme pour «violences volontaires en réunion au cours d'une manifestation», et tous placés immédiatement en détention, et ce alors que les faits n'ont «rien à voir avec la loi travail­», critique l'avocate.

Mercredi, une nouvelle manifestation s'est tenue, dans le calme cette fois, afin de dénoncer l'incarcération des militants. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales