Islam : le CFCM ouvre la porte au retour de l'UOIF en son sein

Le président de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), Amar Lasfar Source: AFP
Le président de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), Amar Lasfar

Devant les composantes de l'islam de France réunies au complet au Bourget, le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) a ouvert la porte ce 16 mai à une réintégration en son sein de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF).

Invité par l'UOIF à s'exprimer au terme du rassemblement annuel du Bourget (Seine-Saint-Denis), Anouar Kbibech, président du CFCM, a conclu par un plaidoyer pour l'unité en tenant «à saluer la démarche de l'UOIF de réintégrer la direction collégiale de l'islam de France», dont elle avait claqué la porte en 2013.

«Le CFCM est en train d'étudier la manière de réintégrer l'UOIF dans ses instances», a déclaré Anouar Kbibech, très applaudi par le public du 33e rassemblement annuel des musulmans de France, mais sans donner pour autant de délai.

L'UOIF revendique la tutelle de 300 associations en France

«On va réintégrer le CFCM, le président l'a dit», s'est ensuite félicité dans son discours Amar Lasfar, patron de l'UOIF, en quête de respectabilité. Revendiquant la tutelle de 300 associations, l'UOIF est un pilier de l'islam en France, mais reste contestée pour sa proximité avec les Frères musulmans et ses invitations à des prédicateurs polémiques.

«La question du CFCM est technique, c'est pas ça le plus important», a ensuite relativisé Amar Lasfar auprès de l'AFP, se réjouissant néanmoins d'avoir réuni «le CFCM au complet». A ses côtés, sous un drapeau français géant, étaient notamment présents Dalil Boubakeur, recteur de la Grande mosquée de Paris, et Ahmet Ogras, président de la composante turque du CFCM. Ce dernier a été désigné pour succéder à M. Kbibech à la tête du CFCM en juillet 2017.

Près de 160 000 entrées ont été enregistrées pour cette nouvelle édition du rendez-vous annuel musulman, le plus grand d'Europe, entre foire commerciale et congrès politico-religieux. L'UOIF avait boycotté en 2013 à la dernière minute les élections du CFCM, instance considérée par l’Etat comme représentative des quelque 2 500 mosquées de France mais souvent critiquée parmi les 4 à 5 millions de musulmans pour son manque d'actions concrètes.

Lire aussi : La Foire musulmane ouvre ses portes vendredi à Paris, avec son lot habituel de polémiques

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales