Première comparution devant un tribunal français pour Salah Abdeslam

© Police Nationale

Après son extradition en France sous très haute surveillance, le cerveau présumé des attentats de Paris a comparu devant le tribunal de grande instance de la capitale pour la première fois, dans le cadre d'un procès qui risque de prendre du temps.

Mercredi 28 avril, le suspect a été interrogé par la police antiterroriste après son arrivée en hélicoptère de Belgique, où il a été arrêté le mois passé.

Accusé d'assassinat et de participation à une organisation terroriste, il a ensuite été transféré devant le Palais de Justice afin d’être entendu. Mais l’audition s'est avérée peu fructueuse. Son avocat français, Maître Frank Berton, a expliqué que son client était trop fatigué par son transfert «musclé».

«Il a dit aujourd’hui [mercredi] qu’il préférait ne pas répondre aux questions parce qu’il est fatigué par le transfert et le juge a dit qu’il ne voulait pas l’interroger. Mais il a dit qu’il souhaitait s’exprimer plus tard et il le fera», a rapporté Frank Berton alors qu’Abdeslam doit à nouveau comparaître devant les juges le 20 mai.

Le terroriste présumé a néanmoins comparu devant un autre juge dans la même journée, à propos cette fois des conditions de sa détention. Il sera maintenu en isolement dans la prison de Fleury-Mérogis, dans une cellule hyper-sécurisée où tous ses faits et gestes seront en permanence observés par vidéosurveillance.

L'intelligence d’un «cendrier vide», selon son avocat belge

Plus tôt dans la semaine, l'avocat belge d'Abdeslam, Sven Mary, s’était fendu de commentaires désobligeants à propos de son client, dans le journal français Libération.

«C’est un petit con de Molenbeek issu de la petite criminalité, plutôt un suiveur qu’un meneur. Il a l’intelligence d’un cendrier vide, il est d’une abyssale vacuité. Il est l’exemple parfait de la génération GTA [Grand Theft Auto] qui croit vivre dans un jeu vidéo. Lui et ses copains ont réussi à rendre antipathique toute une religion. Je lui ai demandé s’il avait lu le Coran, ce que j’ai fait, et il m’a répondu qu’il avait lu son interprétation sur Internet. Pour des esprits simples, c’est parfait, le Net, c’est le maximum qu’ils puissent comprendre», avait-il déclaré.

Lire aussi : Attentats de Paris : Salah Abdeslam a été remis à la France

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales