Jean-Louis Debré tente de forcer un barrage de police

L'ancien président du Conseil constitutionnel, Jean-Louis Debré, avec le président François Hollande en octobre 2015 Source: Reuters
L'ancien président du Conseil constitutionnel, Jean-Louis Debré, avec le président François Hollande en octobre 2015

L'ancien chef du Conseil constitutionnel a tenté de forcer un barrage de police mis en place à cause d'une manifestation organisée contre la loi El Khomri, le 9 avril dernier. Il circulait en voiture banalisée.

Jean-Louis Debré, président du Conseil constitutionnel du 5 mars 2007 au 5 mars 2016, refait parler de lui. Après avoir étonné les téléspectateurs de l'émission «On n'est pas couché» sur France 2 par ses plaisanteries grivoises faites à Léa Salamé, Le Parisien  a révélé ce dimanche 24 avril une altercation qu'il a eue en tentant de forcer un barrage de police.

«Je suis de la maison. Vous devez me faire passer !», s'est-il exclamé alors que, circulant à bord d'une voiture banalisée de la police, il lui a été signifié, à un barrage des forces de l'ordre, qu'il devait changer d'itinéraire. L'officier lui a alors demandé de présenter sa carte de police.

Jean-Louis Debré a fini par passer le barrage de police

L'ex-ministre de l'Intérieur a répondu ne pas vraiment être de la police mais rouler «avec un véhicule du SPHP» (Service de protection des hautes personnalités). «Le service est au courant», a-t-il ajouté. Le policier lui a ensuite demandé les papiers du véhicule. Mais Jean-Louis Debré n'avait ni la carte grise ni l'attestation d'assurance et a montré sa carte d'identité et son permis de conduire.

La situation s'est gâtée pour le fonctionnaire de police lorsque l'ancien homme politique a appellé un commissaire de police de sa connaissance pour lui expliquer la situation. Il a demandé à l'agent son matricule et le service auquel il était affecté. Jean-Louis Debré a fini par passer le barrage de police. L'agent mis en cause doit écrire un rapport sur l'incident, rapporte Le Parisien.

Lire aussi : Comment Twitter réagit-il aux propos «sexistes» de Michel Sapin ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales