Un enseignant pédophile condamné en Grande-Bretagne reçoit l’autorisation d’enseigner en France

© Capture d'écran du compte de Twitter

Les autorités françaises ont reconnu de graves manquements dans la gestion du dossier d’un professeur de mathématiques, le laissant enseigner en France alors qu’il avait été condamné en Angleterre pour avoir agressé sexuellement un élève en 2006.

Le ministère français de l’Education nationale a publié un rapport dans lequel il reconnait avoir fait de graves erreurs dans la traduction du dossier d’un professeur qui avait purgé une peine de 15 mois de prison en Angleterre pour avoir eu des contacts sexuels avec l’un de ses élèves. Compte tenu de ces erreurs, la commission administrative paritaire académique qui avait auditionné le professeur sur ces faits en 2007 n'avait prononcé aucune sanction à son encontre, le laissant même travailler dans un établissement scolaire alors que la condamnation dont il avait été l’objet au Royaume-Uni excluait expressément «tout travail avec les enfants».

Ce n’est qu’après que des élèves de l’école de Villemoisson, au sud de Paris dans l’Essonne, ont découvert qu’il avait téléchargé des photos pédopornographiques sur son téléphone et une vidéo montrant des attouchements sur un enfant d'une dizaine d'années, que ce prof – dont le nom n’a pas divulgué – a été interpellé à son domicile de Sainte-Geneviève-des-Bois. En garde à vue, il a reconnu «des pulsions homosexuelles à tendance pédophile envers de jeunes garçons d'une douzaine d'années».

Lire aussi : Etats-Unis : nouvelle histoire d'abus sexuels sur un enfant adopté en Russie

La ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a déclaré qu’ il s'agissait d'une situation «inadmissible». «Cet aveuglement devant des faits si graves ne peut rester sans suites. Je prendrai, bien évidemment, le cas échéant, les sanctions qui s'imposent»,a-t-elle poursuivi.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales