Loi Travail : des étudiants entourés de CRS tentent de sensibiliser cheminots et infirmiers à Paris

A l’appel d’associations étudiantes, une nouvelle action a été menée dans la capitale jeudi pour dénoncer les conséquences de la loi Travail prônée par la ministre Myriam El Khomri. Et malgré une faible participation, les CRS étaient au rendez-vous.

Encadrés par une petite centaine de policiers, quelques centaines de manifestants ont marché de la gare d’Austerlitz jusqu’à l’hôpital La Pitié-Salpêtrière afin de dénoncer le projet de réforme du Code du Travail proposé par le gouvernement français.

Aux cris de «Cheminots avec nous !» ou encore «Bolloré au bûcher», les activistes ont tenté de pénétrer dans l’enceinte de l’hôpital afin, selon eux, de distribuer des tracts et de rencontrer le personnel de l’hôpital.

L’entrée leur a cependant été bloquée durant près d’une heure par un important barrage de CRS. L’incident a ralenti l’admission des patients qui tentaient tant bien que mal d'entrer dans l’hôpital, mais un autre accès, bien surveillé, a été mis en place par les policiers.

Au terme d’une négociation entre étudiants, forces de l’ordre et autorités de l’établissement, les portes se sont finalement ouvertes et les manifestants ont pu rentrer dans l'enceinte de l'hôpital, qu'ils ont traversé par l’extérieur en clamant leurs slogans.

Comme l’a constaté notre correspondant qui était en direct sur place, l’accueil que leur ont réservé les passants et le personnel était mitigé, entre certains visiblement énervés de leur présence et d’autres soutenant ouvertement leur cause.

La veille, un autre groupe d'étudiants avait bloqué durant plusieurs heures des enseignes de fast-food devant la gare du Nord à Paris, pour dénoncer les conditions de travail de leurs salariés ainsi que la loi de la ministre Myriam el Khomri.

Lire aussi : Nouvelle journée de protestations à Paris et Nantes contre la loi travail

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales