#GayMediaSoWhite : l'omniprésence des blancs dans les médias gays critiquée

Capture d'écran Twitter
Capture d'écran Twitter

Les médias gays font face à une vague de protestation sur Twitter contre leur manque de diversité affiché. Les hommes que l'on voit seraient toujours des blancs, ce qui va pour certains à l'encontre d'une juste représentation de la communauté LGBT.

Le hashtag #GayMediaSoWhite est devenu viral sur Twitter. Des centaines d'internautes ont ainsi voulu critiquer le manque de diversité, notamment dans les magazines de la communauté LGBT.

Au départ, c'est le célèbre rappeur noir et gay Mykki Blanco qui a tiré la sonnette d'alarme en diffusant un message sur Twitter avec une photo de plusieurs couvertures de magazines homosexuels où apparaissent uniquement des personnalités blanches.

«On parle des Afro-Américains uniquement lorsqu’on mentionne les taux élevés du VIH»

«On parle des Afro-Américains uniquement lorsqu’on mentionne les taux élevés du VIH ou des infections sexuellement transmissibles dans ce groupe, ou des affaires criminelles», écrit Didier Lestrade, figure du militantisme homosexuel et cofondateur d'Act Up-Paris, dans un article pour Slate.fr.

Au Etats-Unis, le magazine Out qui s'est senti également attaqué par Mykki Blanco a réagi : «Tu n'as sûrement pas oublié qu'il y avait ton portrait dans le top 100 de Out (nous voulions t'y remettre à nouveau mais ça n'a pas été possible)». Une déclaration qui n'a pas manqué d'alimenter la polémique.

«Vous êtes sûrs de vouloir vous aventurer sur ce terrain ?», a répondu un internaute de façon ironique, avec une autre série de couvertures où le seul homme de couleur est Barack Obama.

«L’intérieur de ces magazines est aussi trop blanc»

Les problèmes de représentation des hommes de couleurs sont les mêmes aux Etats-Unis et en France, comme en témoigne Didier Lestrade qui a travaillé à la rédaction u magazine Têtu. Il explique que ce problème était régulièrement débattu au sein de ce magazine. «La réponse était toujours la même : il était facile de donner les chiffres de vente. Quand Têtu publiait un homme noir en couverture, les ventes étaient en baisse. Le plafond de verre était solide car les ventes et la pub décident de tout», déclare-t-il.

«Mais la couverture ne peut être l’argument massue de la ségrégation rédactionnelle : l’intérieur de ces magazines est aussi trop blanc, avec peu de reportages sur les minorités ethniques, peu de photos d’hommes, femmes et trans de couleur. Et encore moins de journalistes non blancs», ajoute Didier Lestrade.

Cette non représentation des personnes de couleur explique la crise que traverse les médias LGBT pour ce militant de la cause homosexuelle. C'est ainsi une chute des ventes qui a entraîné l'arrêt de la parution du magazine Têtu en France en juillet 2015.

Le manque de représentation des personnes de couleur avait également été pointé du doigt à l'occasion de la dernière cérémonie des oscars. De nombreux internautes avaient critiqué sur Twitter le fait que les nominés étaient tous blancs en utilisant le hashtag #Oscarssowhite.

Lire aussi : Une cérémonie des Oscars «trop blanche» ? Nouvelle polémique sur les réseaux sociaux

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales