Calais : la justice polonaise exprime ses regrets mais décline toute responsabilité

Capture d'écran d'une vidéo de RT
Capture d'écran d'une vidéo de RT

Le tribunal régional de Varsovie a exprimé ses regrets concernant l’assassinat d'une fillette de 9 ans à Calais par un Polonais mais a rejeté toute responsabilité pour le meurtre.

Zbigniew Huminski, le meurtrier de 38 ans, se trouvait en liberté alors qu’il devait rester en prison pendant encore un an.

«Nous regrettons l'immense tragédie survenue en France», a déclaré Ewa Leszczynska-Furtak, la porte-parole du tribunal. Mais selon elle, le tribunal «n'en porte aucunement la responsabilité, car il n'a manqué à aucune procédure».

Le tribunal n’avait pas de raison de l’arrêter parce que «une enquête de voisinage a montré qu'il avait un mode de vie stable, des relations familiales correctes et qu'il avait retrouvé un emploi», a ajouté la porte-parole. Mais le tribunal s’est dit prêt à donner toute l’aide nécessaire aux autorités françaises si elles le demandent.

Zbigniew Huminski a été condamné à un an de prison en novembre dernier pour un cambriolage qui remonte à 2000. Il est sorti de prison le 21 mars 2014, et faisait l’objet d’une interdiction du territoire français suite à sa condamnation pénale en 2009. 

5.000 personnes sont descendues dans les rues de la ville pour une marche blanche en mémoire de la petite Chloé. Mercredi le 15 avril, la petite Chloé, avait été enlevée en pleine rue dans la ville de Calais, alors qu'elle jouait avec une camarade devant chez elle.

Un homme de nationalité polonaise de 38 ans interpellé à proximité des lieux de crime a été placé en garde à vue par la police. Selon le parquet de la région, le suspect interpellé a reconnu avoir violé, puis tué la fille.

Toute la France pleure ce meurtre terrifiant où l’assassinat a suscité une vague d'émotion ainsi qu'en Pologne où tous les médias ne parlent que de ce fait tragique.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales