Des réfugiés se cousent la bouche en protestation contre le démantèlement de la jungle de Calais

Cette forme de protestation a déjà été utilisée plusieurs fois, comme ici par cet Iranien sur les côtes grecques.© Yannis Behrakis Source: Reuters
Cette forme de protestation a déjà été utilisée plusieurs fois, comme ici par cet Iranien sur les côtes grecques.

Alors que la partie Sud du camp de migrants de Calais est en cours de démolition depuis lundi, huit migrants d’origine iranienne, implantés à Calais d'où ils espèrent rejoindre la Grande-Bretagne, ont voulu alerter l’opinion sur leur situation.

Après s’être cousus la bouche avec du fil et des aiguilles «de façon peu sanitaire, en stérilisant des aiguilles en les chauffant», précise le responsable de Médecins sans frontières (MSF) Olivier Marteau, les réfugiés ont défilé dans une allée du camp pour protester.

Sur les pancartes brandies par les manifestants à la bouche cousue, on pouvait lire des messages comme «Nous sommes humains» ou encore «Où est votre démocratie ? Où est notre liberté ?», rédigés en anglais. 

Le responsable associatif explique que les migrants «ont sollicité [MSF] pour qu’on leur couse la bouche, nous avons bien sûr refusé». Alors qu’ils se sont tournés vers une méthode plus «artisanale», Olivier Marteau explique s’attendre «par conséquent à les recevoir bientôt en consultation médicale».

Depuis plusieurs jours, des cabanes de fortune de la partie Sud de la jungle de Calais sont démolies afin de pousser les migrants à quitter le camp. Toutefois, certains refusent de partir et se réfugient dans la partie Nord qui n'a, elle, pas encore été détruite, dans l'espoir de gagner un jour la Grande-Bretagne.

Lire aussi : Evacuation de Calais : violents affrontements, les No Borders en ligne de mire (VIDEOS, PHOTOS)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales