Direct de la prison de Béziers : le détenu sera jugé en comparution immédiate mercredi

L'application Periscope © Capture d'écran du site Periscope
L'application Periscope

Le détenu qui s'est filmé dans sa cellule du centre pénitentiaire de Béziers et a diffusé les images en direct sur Internet via l'application Periscope sera jugé mercredi en comparution immédiate, a déclaré mardi le procureur de Béziers.

Le jeune homme de 22 ans, qui purge une peine de quatre ans de prison pour vol aggravé, sera poursuivi pour recel d'un objet irrégulièrement introduit dans un établissement pénitentiaire -en l'occurrence un téléphone portable-, a précisé Yvon Calvet.

Sur ses vidéos, dont seules des copies d'écran étaient encore visibles lundi, sur le compte Twitter du détenu, ce dernier apparaît visage découvert et se filme notamment un joint à la main.

«Pendant qu’on est en promenade, on se fait jeter des petites balles de tennis remplies de ce qu’on veut. La prison, c’est un petit club Med» disait-il en direct. «Hier, j’avais même de l’alcool, c’est pour ça que j’ai des petits yeux» avait-il précisé.

Ces vidéos ont été diffusées sur Periscope, une application de Twitter qui a fait parler d'elle à la mi-février lorsqu'a été diffusée une vidéo au cours de laquelle le défenseur du PSG Serge Aurier insultait notamment son entraîneur Laurent Blanc.

Mardi, le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas a estimé qu'il fallait «brouiller» les téléphones portables dans les prisons. «Il faut avoir une technologie particulière» mais «il faut les brouiller», a-t-il dit sur Europe 1, rappelant que 30 000 appareils avaient été récupérés dans les prisons en 2015.

Lire aussi : Ces meurtriers qui se filment ou racontent leurs exploits sur les réseaux sociaux

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales