Le ministre de l’Intérieur prévoit un nouvel afflux de migrants dans les Alpes-Maritimes

Des policiers effectuent des contrôles à la frontière franco-italienne. Source: AFP
Des policiers effectuent des contrôles à la frontière franco-italienne.

Bernard Cazeneuve a annoncé vendredi un renfort de 207 policiers et gendarmes dans le département du sud-est. Il dit s’attendre à une augmentation significative du flux de migrants au printemps.

«Je sais que vous serez soumis peut-être à rude pression dans les prochaines semaines.» Alors qu’il s’exprimait devant la police au frontières (PAF) de Menton, le ministre de l’Intérieur est venu lui annoncer des renforts. 207 policiers et gendarmes de plus seront bientôt en service dans le département des Alpes-Maritimes. La PAF de Menton vient d’inaugurer ses nouveaux locaux. Plus grands, ils sont destinés à l’accueil des migrants interpellés à proximité de la toute proche frontière italienne.

Après l’hiver vient le printemps

Bernard Cazeneuve ne s’en cache pas, il s’attend à ce que l’arrivée des beaux jours coïncide avec une recrudescence des tentatives d’entrées sur le territoire : «Avec l’arrivée du printemps, il est fort possible que le flux de migrants passant par la Méditerranée centrale augmente à nouveau de façon significative. Nous ne devons donc surtout pas relâcher notre vigilance.»

En 2015, la police aux frontières des Alpes-Maritimes a réalisé 16 700 réadmissions simplifiées vers l’Italie, contre 15 700 l’année précédente. C’est une augmentation de 6%. Dans ce département «point chaud», une cellule spéciale a été créée au sein de la PAF. Elle a contribué à l’arrestation de 183 passeurs en 2015. C’est trois fois plus qu’en 2014.

Eric Ciotti, le président du conseil départementale a salué ces annonces mais les considère insuffisantes : «Les policiers supplémentaires sont nécessaires face à la pression subie, mais en aucun cas ce n'est une réponse suffisante. Les contrôles aux frontières ne font que retarder l'entrée des migrants, en aucun cas l'empêcher.» Selon le député LR, c’est de l’Europe que viendra la solution : «Je souhaite une politique européenne qui détruise les bateaux de passeurs et intervienne en Libye. Il faut rompre avec le danger Hollande-Merkel de l'ouverture des frontières européennes !»

Plus de 1,3 million de migrants sont arrivés sur le territoire européen en 2015. Un tiers est entré par l’Italie. L’immense majorité restante par la Grèce.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales