Eagles of Death Metal : s’ils avaient eu des armes les gens auraient pu éviter les attaques de Paris

Jesse Hughes, leader du groupe Eagles of Death Metal Source: Reuters
Jesse Hughes, leader du groupe Eagles of Death Metal

Le leader du groupe Eagles of Death Metal Jesse Hughes a discuté de sa position au sujet du contrôle des armes à feu, suite aux attaques meurtrières qui ont secoué Paris le 13 novembre, se prononçant pour un accès aux armes plus libre.

«Est-ce que vos lois sur le contrôle des armes à feu ont sauvé de la mort ne serait-ce qu’une seule personne au Bataclan ? Non. Et si quelqu’un peut répondre "oui", j’aimerais l’entendre, parce que je ne suis pas d’accord. La seule chose qui a permis d’arrêter tout ça, ce sont les personnes les plus courageuses que j’ai jamais vues dans ma vie [les policiers] qui se sont ruées sur les terroristes chargeant la tête la première avec leurs armes», a-t-il indiqué dans une interview accordée à iTélé avant le concert des rockeurs californiens dans la salle de l’Olympia prévu ce mardi 16 février.

«Je sais que beaucoup de gens ne seront pas d'accord avec moi, mais il me semble que Dieu a créé les hommes et les femmes et que cette nuit-là, les armes les ont mis sur un pied d'égalité. Et je regrette que cela se soit passé ainsi. Je pense j’ai changé d’avis sur une chose, c’est qu’en attendant que plus personne n’ait d’armes, tout le monde doit en avoir», a-t-il poursuivi, regrettant le nombre de victimes de ces attentats.

Le chanteur a aussi discuté du retour du groupe à la scène après les attaques tragiques. Il a souligné avoir reçu un soutien massif et beaucoup d’amour. «C’est très important. Je ne veux laisser tomber personne», a-t-il expliqué ajoutant que la seule chose à faire consistait à s’amuser ensemble pour que tout le monde puisse mettre cet attentat de côté.

Le groupe était de retour à Paris le week-end dernier, exactement trois mois après les attaques du 13 novembre. Eagles of Death Metal se produisait sur scène quand des terroristes armés ont ouvert le feu sur les musiciens et le public, tuant 89 personnes, y compris Nick Alexander, leur responsable du merchandising.

Lire aussi : le groupe Eagles of Death Metal de retour à Paris

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales