Selon Sonia, qui a mené à la neutralisation d'Abaaoud, 90 islamistes seraient en Ile-de-France

Un policier déployé près de l'appartement de Saint-Denis © Benoit Tessier Source: Reuters
Un policier déployé près de l'appartement de Saint-Denis

La femme qui a informé la police de la planque de l’organisateur des attaques du 13 novembre à Paris a affirmé qu’Abdelhamid Abaaoud lui avait confié être arrivé en France en compagnie de 90 islamistes répartis «un peu partout en Ile-de-France.

Dans une interview diffusée le 4 février, l’informatrice de la police a affirmé qu’Abdelhamid Abaaoud aurait déclaré être fier de l’attaque qui avait causé la mort de 130 personnes. En voiture avec son amie Hasna Aït Boulahcen, elle-même cousine d’Abdelhamid Abaaoud, elles sont passées prendre le terroriste dans une zone industrielle d’Aubervilliers, en Seine-Saint Denis, afin de l’amener dans l’appartement pris d'assaut par les forces de police quelques jours plus tard.

Selon Sonia, Abdelhamid Abaaoud racontait ses exploits «comme s'il racontait qu'il est parti faire les courses et qu'il avait trouvé un baril de lessive en promotion. Il est content, voilà». Celui-ci serait rentré en France «sans documents officiels», avec un groupe de 90 «Syriens, Irakiens, Français, Allemands, Anglais», qui se trouveraient «un peu partout en Ile-de-France».

Le parquet de Paris a ouvert jeudi une enquête pour mise en danger de la vie d'autrui ainsi que pour violation du secret de l’instruction et recel, après la diffusion de cette interview, a annoncé le procureur de Paris dans un communiqué. Dans l’entretien, diffusé sur RMC et BFMTV, ce témoin protégé se dit abandonné par l’Etat. Le parquet vise également un article du Point.fr.


Lire aussi : Jawad Bendaoud ne veut pas être le «bouquet missaire» du 13 novembre : c'est reparti sur internet !

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales