«Casse-toi, pauvre con» : Nicolas Sarkozy fait son mea culpa sur les «erreurs» de son quinquennat

- Avec AFP

«Casse-toi, pauvre con» : Nicolas Sarkozy fait son mea culpa sur les «erreurs» de son quinquennat© AFP Source: AFP

Ses excès de colère, ses vacances sur le yacht de Bolloré après son élection : l’ancien président regrette. Dans son livre «La France pour la vie» il s’excuse pour ses «erreurs» et pour ne pas avoir suffisamment réformé.

Nicolas Sarkozy le martèle depuis plusieurs mois maintenant :il a changé ! Lundi prochain sort «La France pour la vie», son livre dans lequel il concède ses faux pas en tant que Président. Il écrit regretter avoir «cédé à la colère» au Salon de l’agriculture et être parti en vacances sur un yacht tout de suite après son élection.

Sur l’affaire Bygmalion il le répète, «on aura sans doute du mal à le croire. C’est pourtant, je le jure, la stricte vérité : je ne connaissais rien de cette société jusqu’à ce que le scandale éclate». Dans cette histoire plusieurs de ses proches collaborateurs ont été mis en examen.

Concernant le fond, il concède : «je regrette d’avoir retardé des réformes qui auraient dû être engagées dès les premiers jours de mon quinquennat» comme «la baisse des charges» qui aurait dû être «plus immédiate et plus forte».  Il ajoute «j’aurais également dû aller au bout de deux sujets plutôt que de les contourner : les 35 heures et l’ISF». Autres erreurs : l’exonération fiscale des heures supplémentaires et le bouclier fiscal.

Outre ses confessions, Nicolas Sarkozy présente également ses propositions pour redresser la France. Il a d’ailleurs choisi de citer Confucius en modèle : «l’archer est un modèle pour le Sage. Quand il a manqué le milieu de la cible, il en cherche la cause en lui-même». Par ailleurs il assure, contrairement à sa promesse, qu’il ne reviendra pas sur la loi du mariage pour tous.

Mais attention, l’ancien président précise qu’il ne s’agit pas là d’une «déclaration de candidature à la prochaine élection présidentielle. Il est trop tôt» mais «tout dire avant le grand rendez-vous de 2017 pour tout faire après, telle est bien, me semble-t-il, la seule stratégie possible pour être à la hauteur des défis qui attendent la France».

Enfin il assure n’avoir «ni amertume, ni détestation envers ‘son’ successeur» François Hollande, «aucun compte à régler, aucune vengeance à assouvir». 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»