L'homme qui voulait sauver une fillette du camp de Calais condamné à 1000 euros d'amende avec sursis

Rob Lawrie et la fille afghane Bru qu'il a "essayé de sauver" Source: Reuters
Rob Lawrie et la fille afghane Bru qu'il a "essayé de sauver"

Le vétéran britannique comparaissait ce jeudi après-midi pour avoir essayé de faire passer une jeune réfugiée de Calais au Royaume-Uni. Il a été condamné à 1000 euros d'amende avec sursis, une peine clémente.

Le Britannique Lawrie a été condamné ce jeudi à une amende de 1 000 euros avec sursis pour avoir tenté de faire passé en Angleterre une jeune fille afghane. Le tribunal a relaxé cet ancien soldat des faits d'aide au séjour illégal, mais l'a condamné pour mise en danger de la vie d'autrui au vu des «conditions de transport de la petite fille» dans une camionnette. 

«Libérez Rob Lawrie» était le refrain entonné par les réseaux sociaux à quelques heures de la séance du tribunal correctionnel de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), qui a jugé l’ancien militaire anglais ayant tenté de transporter une Afghane jusqu'à Leeds, où elle avait de la famille et où lui-même vit.

C’est déjà plus de 120 000 signatures qu’a recueillie la pétition à destination des autorités françaises et britanniques qui les appelle à renoncer à toutes les charges avancées contre Lawrie. Nombreux sont ceux qui estiment qu’il mérite des louanges et non une punition.

© Capture d'écran du site change.org

«Il est tout simplement injuste que cet homme encoure une peine de prison dans ce cas particulier», a estimé dans une interview à RT l’analyste Pierre Schweitzer. «L’Etat n’arrive pas à gérer cette situation urgente [à Calais], et les simples gens essaient de prendre l’affaire en main. Ils se voient ensuite punis par le pouvoir pour avoir essayé d’améliorer la situation», regrette l’expert.

Lire aussi : à Calais, les camionneurs ont peur pour leur vie face aux réfugiés en colère

Le principal protagoniste de cette affaire, qui est apparu devant les journalistes dans une conférence de presse préalablement à son jugement, a avoué avoir pris une décision «irrationnelle» en voyant la petite Afghane.

Robert Lawrie lors de sa conférence de presse à Boulogne-sur-Mer Source: Reuters
Robert Lawrie lors de sa conférence de presse à Boulogne-sur-Mer

«Certains m’ont qualifié de trafiquant. Mais je crois que j’essayais de la sauver», a-t-il avoué aux médias quelques heures avant de comparaitre devant les magistrats. Le vétéran a auparavant expliqué dans une interview à RT, qu’il croyait que les gouvernements ne faisaient pas assez pour aider les enfants réfugiés.

«Avant que la rhétorique politique ne change, tout citoyen possédant ne serait-ce qu’un gramme de compassion se sentira obligé de faire pareil», a déclaré Rob Lawrie à RT. «Les gouvernements européens doivent se réunir et agir maintenant pour fournir de l’aide aux enfants des réfugiés dans les camps. Ils mourront à l’approche de l’hiver si les hommes politiques n’agissent pas immédiatement», a-t-il regretté.

Lire aussi : des djihadistes pourraient être réfugiés à Calais, selon l'ex-chef du contre-terrorisme de Londres

L’affaire de Robert Lawrie, un Britannique de 49 ans, avait fait grand bruit fin octobre. Cet ancien volontaire de l’armée avait alors essayé de faire passer clandestinement une petite fille de 4 ans au Royaume-Uni afin qu’elle puisse retrouver sa famille. Il a été arrêté à Calais par les douaniers et risque maintenant d’être condamné à cinq ans de prison et 30 000 euros d'amende d’après le droit français.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales