Une action contre un spectacle israélien à Paris déclenche la fureur de la franc-maçonnerie juive

Une action contre un spectacle israélien à Paris déclenche la fureur de la franc-maçonnerie juive © Capture d'écran Twitter
Les militants pro-palestiniens ont déployé des drapeaux de la Palestine avant le démarrage du spectacle

L’association CAPJO-Europalestine a organisé un rassemblement devant l’Opéra Garnier contre la venue de la troupe israélienne Batsheva qui s’y produit jusqu’au 9 janvier, entraînant la colère du B'nai B'rith.

Pour les manifestants la troupe des danseurs de la Batsheva Dance Company, une célèbre compagnie israélienne basée à Tel Aviv et se produisant sur les scènes du monde entier, «fait partie intégrante du dispositif de propagande visant à occulter la réalité des agissements criminels d’Israël à l’encontre du peuple palestinien : vols de terre, démolitions de maisons, massacres, arrestations par milliers et torture systématique, y compris des enfants».

Lire aussi : Gilles-William Goldnadel : «Israël est la tête de turc de l’Europe !»


La manifestation a réunit quelques dizaines de personnes devant l'Opéra, sous bonne garde policière afin d'éviter tout débordement.

Lire aussi : Israël souhaite refuser aux partisans du boycott l'entrée sur son territoire


Néanmoins, certains militants ont réussit à pénétrer dans l'Opéra, où se trouvait l’ambassadrice d’Israël en France Aliza Bin Noun, et y ont déployé des drapeaux palestiniens afin de notamment dénoncer le fait que depuis sa création en 1964, la compagnie Batsheva n'aurait pas recruté un seul danseur israélien d'origine arabe. 

Les militants pro-palestiniens ont scandé plusieurs slogans avant le démarrage du spectacle comme : «Une troupe raciste dans à l'Opéra Garnier», «On ne danse pas avec l'apartheid» ou encore «Israël assassin, la Palestine vaincra», avant d’être évacués par le service de sécurité et d’accuser l’Opéra de «complicité avec les sionistes colonisateurs».


Le B’nai B’rith, l’organisation maçonnique juive, a comparé qualifié l’action des militants pro-palestiniens de «profanation de ce lieu de culture», la comparant aux actes de l’État islamique «qui par haine de l’autre, cible des sites historiques de l’humanité». Les maçons ont affirmé que «cette haine antisioniste, aux relents antisémites, s’est donc attaquée mardi 5 janvier à Paris, avec la même violence et le même dénigrement mensonger, à la culture comme aux intérêts économiques, scientifiques ou sportifs d’Israël».

Dans son communiqué, l'organisation communautaire demande «avec insistance aux autorités de la République de prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre fin à ces appels à la haine et au boycott».

Lire aussi : Me Comte, Avocat de BDS à RT : «Nous vivons une période noire de la liberté d'expression en France»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»