Corse : retour sur quatre jours de violence sans précédent

Le quartier des Jardins de l'Empereur a connu une escalade de la violence inédite. L'agression de deux pompiers et d'un policier pendant la nuit de Noël a déclenché une série de manifestations et de dérapages racistes.

Un réveillon de Noël électrique

Au cours de la nuit de jeudi à vendredi, vers 00H30, un incendie a été «volontairement allumé sur le terrain du 'Citystade' dans les Jardins de l'Empereur pour attirer les forces de l’ordre et les pompiers dans un guet-apens en leur jetant des projectiles et en s’en prenant directement aux sapeurs pompiers», avait alors indiqué le sous-préfet François Lalanne. L'intervention des forces de l'ordre, au cours de laquelle un policier a à son tour été «légèrement» blessé, a duré jusqu'à 02H45, heure à laquelle le calme est revenu dans le quartier. Une agression qui a débouché des représailles, début d'un cycle vicieux.

La communauté musulmane visée

Le lendemain de l'agression, des individus ont saccagé une salle de prière musulmane et ont tenté par la suite de mettre le feu à des exemplaires du Coran. Ces derniers ont profité d'un rassemblement d'environ 300 manifestants pour commettre leur méfaits dans le quartier réputé sensible. La terrasse d'un restaurant de kebabs est également endommagée. Face à la dégradation de la situation sécuritaire dans le quartier, les forces de l'ordre ont été déployées devant les lieux de culte musulman de la ville pour prévenir toute nouvelle flambée de violences. 

Un répit de courte durée

La journée de samedi est marquée par une relative accalmie. Les CRS et les gendarmes mobiles restent mobilisés sur le terrain et notamment aux abords du quartier des Jardins de l'Empereur, ce qui n'empêche pas une une nouvelle manifestation. Plusieurs centaines de personnes scandent des slogans racistes et font remonter la tension d'un cran. Pour calmer la situation, le préfet de Corse Christophe Marmand a reçu dans la soirée une délégation de manifestants et décide d'interdire toute manifestation dans le quartier. 

Dans la journée de dimanche et malgré l'interdiction préfectorale, de nouvelles manifestations ont lieu dans plusieurs endroits replongeant la ville d'Ajaccio dans l'angoisse. Les slogans racistes fusent et de légers débordements sont constatés. Des CRS ont notamment essuyés des lancers de pétard et des jets de pierre.

En début de soirée, le calme revient peu à peu mais la tension reste perceptible. Une détonation a été entendu et un colis suspect a été retrouvé dans un restaurant marocain de la ville. Le procureur de la République confirmera un peu plus tard l'arrestation de deux individus impliqués dans les agressions commises dans le quartier des Jardins de l'Empereur.  

Lire aussi : EN CONTINU : un colis suspect retrouvé dans un restaurant d'Ajaccio, les démineurs sur place

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales