Transports de clandestins entre la France et l'Angleterre : entre 6 mois et 8 ans de prisons requis

Le port de Calais où des centaines de migrants sont dans l'attente d'une traversée vers l'Angleterre (Source : Wikipédia)
Le port de Calais où des centaines de migrants sont dans l'attente d'une traversée vers l'Angleterre (Source : Wikipédia)

Près de 18 personnes impliquées dans un réseau de transport de clandestins albanais par la mer entre la France et l'Angleterre risquent de 6 mois à 8 ans de prison ferme.

Les peines ont été requises par le tribunal de Rennes au cours du procès de «l'exploitation de la misère humaine», selon la procureure de la République, Anne Fourmel. Les 18 personnes sont impliqués dans près de 16 passages par vedettes ou voiliers recensés par les enquêteurs entre la France et l'Angleterre entre janvier 2012 et janvier 2013. Au moins 127 Albanais ont pu rejoindre l'Angleterre depuis des ports de Bretagne ou de Normandie par le biais de ce réseau de convoyage.

L'affaire avait été révélée après une enquête de la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Rennes. Des «sommes colossales» auraient été demandées aux personnes désireuses de «trouver en Grande-Bretagne leur eldorado», allant de 6 000 à 20 000 euros pour un famille, selon Anne Fournel.



De jeunes skippers Bretons impliqués



Une peine de 8 ans de prison ferme et de 150 000 euros d'amende a été requise à l'encontre d'un ressortissant albanais, Edmond Rapi, qui aurait eu un «rôle majeur dans l'implantation en Bretagne de cette organisation criminelle». Toujours en liberté, un mandat d'arrêt a été délivré contre lui. Un homme appelé Bujar Curri, originaire du Kosovo, et Philippe Collin, de Paimpol dans les Côtes-d'Armor, sont passibles de la même peine pour leur implication dans tous les voyages effectués par l'organisation.

Un Albanais en fuite risque cinq ans de prison, tandis que des peines de six mois à trois ans fermes ont été requises contre de jeunes Bretons, des skippers, pour avoir effectué des convoyages. Une des organisatrices présumées du réseau se serait suicidé en août 2013, un autre skipper aurait également mis fin à ses jours.

Lire aussi: A Calais, un routier chasse les migrants de son camion en y accrochant du porc (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales