Le troisième kamikaze du Stade de France identifié comme un réfugié venu par la Grèce

La photo du troisième terroriste du Stade de France © Police Nationale
La photo du troisième terroriste du Stade de France

Le troisième terroriste à s’être fait explosé à la sortie du Stade de France de Saint-Denis la semaine dernière a été identifié par la BBC comme un homme arrivé sur l’île grecque de Leros avec un autre assaillant nommé Ahmad al Mohammad.

La police française avait diffusé une photo du troisième kamikaze du Stade de France ce dimanche, demandant de l’aide pour identifier l’individu.

La BBC a consulté les papiers d’arrivée d’un homme appelé M. al Mahmod, arrivé sur l’île de Leros le 3 octobre, et a découvert que la photo était identique à la photo diffusée par la police française.

Lire aussi : Le kamikaze du Stade de France a-t-il été filmé en train de danser dans un camp en Serbie ?

Mahmod est entré dans l’Union Européenne avec un autre terroriste dont le nom présumé est Ahmad al Mohammad, dont le passeport syrien a été trouvé près du site de l’attaque.

Le journal anglais The Sun cite des officiels grecs expliquant que les deux terroristes sont arrivés avec 200 réfugiés dans un bateau, qui a délibérément été saboté à l’aide d’un couteau à l’approche des côtes grecques. Deux personnes avaient alors été arrêtées car elles possédaient de faux passeports syriens.

Mais al Mohammad, et peut être son comparse Mahmod, ont réussi à passer au travers des contrôles de sécurité, puis ont été pris en charge par des volontaires français de l’organisation humanitaire Médecin Sans Frontières. Moins de 24h plus tard, al Mohammad, avec cinq autres personnes, a acheté des tickets pour Athènes. Dimitris Kastis, l’agent de voyage qui a vendu les billets a déclaré avoir été «très surpris, il n’avait pas l’air suspect».

Lire aussi : Manifestation de soutien aux réfugiés à Paris (VIDEO)


Mahmod a ensuite quitté Leros accompagné par al Mohammad et d’autre réfugiés syriens.

Les trois terroristes du Stade de France sont donc entrés en Europe en tant que demandeurs d'asile.

Lire aussi : Terroristes parmi les réfugiés ? Les autorités allemandes cherchent à éviter la panique

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales