Devant le Congrès, François Hollande détaille un véritable plan de bataille

François Hollande devant le Parlement réuni en Congrès© Philippe Wojazer Source: Reuters
François Hollande devant le Parlement réuni en Congrès

Le ton était ferme, voire martial. Le président Hollande a détaillé dans son allocution les mesures qui seront prises par le gouvernement pour parer au danger terroriste.

C'est un discours doublement symbolique que François Hollande a fait devant le Parlement réuni en Congrès. D'abord, il s'exprime devant toute la représentation nationale trois jours après les attentats sanglants de Paris. Ensuite, il s'agit là d'une procédure extrêmement rare qui n'intervient généralement qu'en cas de modification de la Constitution.

Plusieurs éléments ressortent de l'intervention du chef de l'Etat.

En savoir plus: EN CONTINU : François Hollande s'exprime devant le Congrès réuni à Versailles

  • C'est la guerre et elle est nationale comme internationale

Pour le président, le constat est simple: la France est en guerre. Selon lui, cette guerre qui a commencé déjà il y a plusieurs années, demandera du temps. Il a fait ainsi un lien direct entre les interventions au Mali, en Syrie et en Irak, les englobant dans un ensemble plus large de guerre contre le terrorisme.

S'il estime que la France «doit augmenter les moyens» dans cette guerre, il a insisté sur le fait qu'elle ne se gagnera qu'avec une coordination internationale. D'abord au plan européen, puisque l'Europe devrait être saisie afin qu'elle apporte son aide. De même, François Hollande doit rencontrer prochainement Barack Obama et Vladimir Poutine. Enfin, le président français demandera au Conseil de sécurité de l'ONU une résolution afin de lutter contre le terrorisme.

  • Une unique coalition

François Hollande a affrimé sa volonté de rassembler la communauté internationale, expliquant que «la France parle avec tout le monde, l'Iran, les pays du Golfe, la Turquie...». 

  • Poursuite des frappes

«Nous poursuivrons ces frappes au cours des semaines à venir. Il n'y aura aucun répit et aucune trêve. Le terrorisme nous le combattons partout» a martelé le Président de la République.

  • Etat d'urgence de trois mois

Le Président a demandé au Parlement de faire perdurer l'Etat d'urgence pendant "trois mois". Le Parlement devra aussi élargir et moderniser les moyens au service de l'Etat en cas d'Etat d'urgence.

  • Une Constitution révisée pour s'adapter à la menace terrorisme

François Hollande a été clair : «Cette guerre appelle un régime constitutionnel nouveau». Ainsi, entre autres mesures, il souhaite que la déchéance de la nationalité évolue car il devrait être possible de «déchoir quelqu'un de sa nationalité, dès lors qu'il est né Français et qu'il a une autre nationalité».

Quant aux personnes fichées par les services, François Hollande saisira le Conseil d'Etat pour connaitre les options législatives dont l'Etat dispose les concernant.

  • Le Pacte de sécurité plutôt que le Pacte de stabilité

Pour le président Hollande, pas de doute, cette guerre nécessitera également plus de moyens. 5 000 emplois de policiers et de gendarmes devraient être créés d'ici 2 ans, et ces créations seront portées à 10 000 sur le quinquennat. Le ministère de la Justice disposera, lui de 2 500 personnels supplémentaires. L'armée ne subira aucune diminution d'effectifs jusqu'en 2019.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales