Pas-de-Calais : une femme poursuivie pour avoir traité Emmanuel Macron d'«ordure» sur Facebook

Pas-de-Calais : une femme poursuivie pour avoir traité Emmanuel Macron d'«ordure» sur Facebook© Pascal Guyot Source: AFP
Manifestation contre la réforme des retraites, à Montpellier, le 28 mars 2023. (Image d'illustration)
Suivez RT en français surTelegram

Valérie est accusée d’outrage et insulte envers Emmanuel Macron suite à la publication d’un message sur Facebook. Elle a été mise en garde à vue et sera jugée au tribunal le 20 juin. Elle risque 12 000 euros d’amende.

Sur sa page Facebook, Valérie, une habitante de Saint-Martin-lez-Tatinghem (Pas-de-Calais) poste le 21 mars le message suivant : «L’ordure va parler demain à 13 heures, pour les gens qui ne sont rien, c’est toujours à la télé que l’on trouve les ordures.» Le lendemain, Emmanuel Macron devait accorder un entretien télévisé aux journaux de 13h sur France 2 et TF1. 

Trois jours plus tard, à sa grande surprise, trois policiers frappent à la porte de la militante, figure des Gilets jaunes, et l'emmènent au poste. Dans la Voix du Nord, on apprend que Valérie est accusée «d’outrage et insulte envers le président de la République» suite à la publication de son message. Elle a été mise en garde à vue et sera jugée au tribunal le 20 juin pour outrage envers une personne dépositaire de l’autorité publique.

Comme le rapporte le journal régional, au commissariat, on lui explique qu’elle est aussi soupçonnée d’avoir écrit «Macron ordure» devant le dépôt de déchets d’Arques (Pas-de-Calais). «Faux, j’ai juste été prise en photo devant en train de sourire», assure-t-elle. Mais l’enquête de police ouverte suite à une plainte contre X déposée par le sous-préfet de l’arrondissement de Saint-Omer, Guillaume Thirard, se poursuit. 

Valérie estime qu'on veut faire d'elle un exemple, ce genre de poursuites étant extrêmement rare de l'aveu même des policiers qu'elle a rencontrés. «Les policiers m’ont dit qu’ils voyaient très rarement une procédure de ce type», assure-t-elle. Interrogé par la Voix du Nord, le commissaire de la circonscription de sécurité publique de Saint-Omer, Hugo Wyon, confirme : «C’est une procédure qui n’est pas souvent déclenchée, surtout contre la personne du président de la République. Mais les outrages et insultes étant considérés comme un délit, la garde à vue peut être décidée dans le cadre de l’enquête.»

Le parquet a poursuivi la quinquagénaire pour injure «par parole, écrit, image ou moyen de communication par voie électronique», une infraction relevant du droit de la presse punie par une amende pouvant atteindre 12 000 euros.

Raconter l'actualité

Suivez RT en français surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par ANO « TV-Novosti » de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service). En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services. Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix». Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix». Réseaux sociaux Désactiver cette option empêchera les réseaux sociaux de suivre votre navigation sur notre site et ne permettra pas de laisser des commentaires.

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix