France : multiplication des attaques contre l’islam

(REUTERS) Source: Reuters
(REUTERS)

La France a vu une augmentation rapide des agressions islamophobes depuis les attentats perpétrés en région parisienne. 116 incidents en rapport avec l’islam ont été répertoriés ce mois-ci, un nombre deux plus plus important qu’en janvier 2014.

L’Observatoire national contre l'islamophobie (ci-après « l’Observatoire ») compte plus de 100 actes anti-musulmans signalés à la police depuis les attentats commis les 7-9 janvier par des Français de confession musulmane dans lesquels 17 innocents ont péri. Un représentant de l’Observatoire a informé l’AFP que plusieurs lieux de culte avaient été pris pour cible et que 88 menaces avaient été recensées.
Le nombre d’incidents, pendant ces deux semaines, a donc été supérieur de 110% au nombre compté en janvier 2014 par l’Observatoire.


Le président de l’Observatoire Abdallah Zekri a dénoncé «ces actes de haine à l'égard des Français de confession musulmane qui, dans leur immense majorité, respectent les valeurs de la République et la laïcité» en ajoutant dans un communiqué que « cette situation est inadmissible et nous demandons aux pouvoirs publics, au-delà des discours rassurants, de passer aux actes afin de mettre fin à ce fléau »

(AFP Photo / Stephane De Sakutin) Source: AFP
(AFP Photo / Stephane De Sakutin)


La crainte des représailles parmi les musulmans français, qui sont entre 3,5 et 5 millions sur le territoire d’une République selon diverses estimations, augmente. Mourad Ben Azizi, un Français d’origine tunisienne, s’est demandé « comment les musulmans vont pouvoir vivre normalement dans un pays où on les considère capables d’attentats et de toutes sortes de violence ».

En savoir plus : Incitation à la haine raciale : les autorités françaises feraient du deux poids-deux mesures


Une manifestation contre la stigmatisation des musulmans en France s’est tenue à Paris le 18 décembre. Elle a été organisée par la Fédération nationale des musulmans de France avec Mohamed Bechari à sa tête. Ce dernier a exprimé ses inquiétudes concernant une confession pénalisée par les actes de « trois illuminés»
« Cette islamophobie accrue qui pèse dans l’air aujourd’hui nous inquiète. De plus en plus, des lieux de culte musulmans sont ciblés par des attaques. Les musulmanes qui portent le voile et même celles qui ne le portent pas font l’objet d’agressions dont les politiciens ne veulent pas parler », explique Bechari à l’AFP


Abderrahim Braihim, un imam de Sevran au Nord-Est de Paris, dit avoir « confiance dans le gouvernement français qui fait tout possible pour assurer la paix » en dépit de l’angoisse qui agite sa communauté,
Les autorités françaises ont interdit une manifestation « contre les islamistes » prévue le samedi 17 janvier de peur qu’une telle action puisse accroître les troubles à la sécurité publique. Christine Tasin, membre du parti d’extrême-droite Riposte laïque, a dit en réaction à l’interdiction ne pas désirer avoir « des terroristes et djihadistes comme voisins ».
Un homme d'origine marocaine du nom de Mohamed El Makouli a été tué à son domicile au sud de la France, le meurtrier présumé aurait crié "Je suis ton Dieu, je suis ton islam" avant de poignarder plusieurs fois la victime.

La mosquée de Poitiers. (AFP Photo / Guillaume Souvant) Source: AFP
La mosquée de Poitiers. (AFP Photo / Guillaume Souvant)

Le président français François Hollande, dont le taux de popularité s’est accru dans le contexte de l’après Charlie Hebdo, a dit la semaine dernière que les musulmans sont les « premières victimes du terrorisme ». Il a aussi souligné qu’il ne fallait pas mettre tous les musulmans dans le même panier islamiste.
10 000 soldats français ont été déployés un peu partout dans le pays en vue d’atténuer les craintes des musulmans et des juifs, certains ont été assignés directement à la protection de mosquées.

En savoir plus : Plus de 50 incidents antimusulmans en France après l’attaque contre Charlie Hebdo


La présidente du Front National Marine Le Pen a critiqué ce qu’elle voit comme le renoncement du gouvernement français à répondre à la menace du fondamentalisme islamique.
Marine Le Pen a expliqué dans son interview pour le New York Times que «ce n’est pas servir nos compatriotes musulmans que d’entretenir les suspicions et les non-dits. Le terrorisme islamiste est le cancer de l'islam contre lequel les musulmans doivent eux-mêmes lutter à nos côtés.»

(Reuters / Gonzalo Fuentes) Source: Reuters
(Reuters / Gonzalo Fuentes)

Il y a eu plusieurs débats concernant l’utilisation du terme « islamiste » en France. Marine Le Pen a reproché au gouvernement français ne pas l’employer à l’égard des meurtiers qui ont terrorisé la France au nom de l’islam.
Le mot « islamiste », selon le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, n’est pas approprié. « Je les appelle des terroristes. Dès lors que vous utilisez le mot “islam“, vous favorisez une espèce de vision de continuité entre le musulman, qui pratique sa religion qui est une religion de paix, et puis quelque chose qui serait une certaine interprétation de la religion musulmane », a précisé ce dernier.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales