Inflation dans l'alimentaire : «pas de profiteurs», selon Bruno Le Maire, qui s'attire les critiques

Bruno Le Maire© Tobias Schwarz / POOL Source: AP
Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.
Suivez RT France surTelegram

«Il n'y a pas eu de profiteurs de l'inflation dans l'alimentaire», a affirmé le ministre de l'Economie Bruno Le Maire dans une interview. Sa déclaration n'est pas passée inaperçue et a été la cible de railleries et critiques sur Twitter.

Dans un contexte où le taux d'inflation des produits alimentaires s'est approché des 12% sur un an en octobre, selon l'Insee, Bruno Le Maire a déclaré le 5 novembre auprès du Parisien qu'«il n'y a pas eu de profiteurs de l'inflation dans l'alimentaire».

Le président du comité stratégique des centres E. Leclerc, Michel-Edouard Leclerc,  avait constaté le 30 juin sur BFM TV que «la moitié des hausses de prix» demandées par les industriels de l'agro-alimentaire n'étaient «pas transparentes et [étaient] suspectes». Il avait appelé l'Assemblée nationale à se pencher sur le sujet avec l'ouverture d'une commission d'enquête. 

Interrogé sur ce constat établi par le patron de l'un des géants de la distribution, le ministre de l'Economie a fait savoir au quotidien qu'il a «demandé à l'Inspection générale des finances (IGF) de faire une étude». «La conclusion est sans appel : il n'y a pas eu de profiteurs de l'inflation dans l'alimentaire. Ni les agriculteurs ni les distributeurs, ni l'industrie agroalimentaire n'ont pris au passage de rémunération excessive», a ajouté à ce sujet le patron de Bercy. 

Ce que je ne nomme pas, je ne le vois pas, donc ça n'existe pas. Résultat : tout va bien !

Consulté le 5 novembre par l'AFP, le rapport de l'IGF relève qu'«au total, la hausse des prix des produits alimentaires résulte de la combinaison de plusieurs facteurs : guerre en Ukraine, reprise post-Covid, réchauffement climatique, crise sanitaire animale et divers facteurs de nature économique [compétitivité de l’économie, pénurie de main-d’œuvre…]».

Sans surprise, ce constat est loin d'être partagé au sein de l'opposition. Ironique, le sénateur communiste (PCF) Fabien Gay interprète ainsi le propos de Bruno Le Maire : «Pas de profiteurs. Pas de superprofits. Pas de crise. Ce que je ne nomme pas, je ne le vois pas, donc ça n'existe pas. Résultat : tout va bien !»

L'ancien cadre du Parti socialiste et fondateur de la Gauche démocratique et sociale, Gérard Filoche, estime que Bruno Le Maire a «un sacré culot». «Tout le monde sait et pense le contraire, les pénuries organisées pour justifier les manipulations de prix, nous sommes des millions à les constater. Mais Bruno Le Maire va à l'essentiel, le cœur du mensonge, la langue du menteur professionnel», dénonce-t-il.

La fédération 81 (Tarn) de la FSU-Snuipp (syndicat du personnel de l'Education nationale) considère que Bruno Le Maire verse dans la «fake news» : «Allô "l'Agence nationale de lutte contre les manipulations de l’information" ? Je crois qu'on a affaire à un complotiste qui propage de dangereuses fake news

De son côté, la députée de La France insoumise, Aurélie Trouvé, a souhaité apporter un correctif sur un point développé par l'AFP. L'agence de presse souligne que son rapport rendu au cours du mois de juillet et réalisé avec le député Xavier Albertini (Horizons), n'avait pas davantage permis de déceler «des comportements abusifs systémiques de la part des industriels ou des distributeurs».

Hors selon elle, le rapport «concluait qu'en juillet, [qu'ils ne possédaient] pas assez de données pour identifier des abus systémiques de la part des industriels ou de la grande distribution. Mais que les enquêtes devaient se poursuivre». 

«Il préconisait aussi d'associer les parlementaires à la mission de l'IGF, je l'ai demandé, sans jamais recevoir de réponse de Bruno Le Maire. Mais deux parlementaires de la majorité ont été choisis en toute opacité. Pour produire un rapport semble-t-il confidentiel», a-t-elle dénoncé au passage.

Alors que le pouvoir d'achat demeure l'une des préoccupations majeures des Français, Bruno Le Maire a proposé dans son interview d'organiser début 2023 une «convention sur le partage de la valeur» au sein du parti Renaissance, et rejeté dans la foulée une grande conférence salariale réclamée par plusieurs formations de l'opposition. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix