Calais : la mairie installe des rochers dans le centre-ville pour empêcher les camps de migrants

- Avec AFP

Cette photo prise le 16 septembre 2022 montre des rochers installés par la mairie de Calais pour empêcher les migrants de s'installer dans le centre-ville de Calais.© Sameer Al-DOUMY Source: AFP
Pour éviter l'installation de camps de migrants, la mairie de Calais a disposé des rochers en ville.
Suivez RT France surTelegram

La ville de Calais a installé des rochers afin d'éviter tout campement de migrants, en particulier sur certains axes. Une action assumée par la mairie, mais dénoncée par des associations d'aide aux migrants qui y voient une «invisibilisation».

Depuis le 12 septembre, des centaines de tonnes de rochers ont fait leur apparition dans la ville, notamment sur les quais du Danube et de la Meuse, deux voies situées non loin de la gare.

Si on ne veut pas de campements gênants en centre-ville, je me dois d’agir

La mairie de Calais s'est refusée à tout commentaire auprès de l'AFP, indiquant s'être «déjà exprimée». Dès le 13 septembre, la maire Natacha Bouchart – ex-Les Républicains ralliée à Emmanuel Macron – avait assumé être à l'origine de ces installations dans La Voix du Nord, chiffrant le budget de la pose des rochers à 45 000 euros. «Si on ne veut pas de campements gênants en centre-ville, je me dois d’agir», avait-elle affirmé au quotidien, invoquant des plaintes de riverains, des nuisances sonores, «un sentiment d’insécurité» et «d’insalubrité». 

Les associations d’aide aux migrants condamnent l’action municipale

Des associations d'aide aux migrants ont dénoncé ces installations par la mairie de Calais, visant selon elles à «empêcher l'installation de tentes» de migrants en transit vers l’Angleterre. De longues zones herbeuses et un terre-plein, «qui servaient cet été de lieu de vie» à de nombreux migrants, selon les associations, ont été entièrement recouverts de rochers, placés à moins d'un mètre les uns des autres.

Le campement visé «était déjà expulsé quotidiennement depuis le 3 août, jusqu'à une très grosse expulsion la semaine dernière, lors de laquelle les personnes ont été déplacées vers le quai de la Meuse. Désormais, toute réinstallation est impossible», a déploré auprès de l'AFP Pablo Ovan, coordinateur communication de l'association Human Rights Observers (HRO).

D'autres zones du centre ont été «entourées de rochers», de manière à «rendre plus difficiles les distributions» de nourriture et de matériel par les associations, a-t-il ajouté.  En juin, la mairie avait déjà «installé des grillages» pour chasser les personnes exilées installées sous les ponts du centre-ville, a aussi dénoncé Pauline, autre coordinatrice de HRO. 

«C'est dans la lignée de la politique "zéro point de fixation des exilés à Calais", qui pousse les populations à toujours se réinstaller sur des terrains plus éloignés du centre-ville, et donc à les invisibiliser», a pointé Ludivine Colas, coordinatrice nationale de l'association Utopia 56. «En parallèle de ce genre de dispositif [...] rien n'est mis en œuvre pour proposer un vrai accompagnement aux personnes exilées», que le trafic migratoire vers les côtes anglaises aimante dans la zone, a-t-elle regretté.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix