Une riveraine de Calais, menacée par des migrants : «Pour moi la guerre civile a déjà démarré»

Une riveraine de Calais, menacée par des migrants : «Pour moi la guerre civile a déjà démarr黩 Capture d'écran France TV
Une riveraine montre des capsules de grenades lacrymogènes trouvées par terre

Les habitants de Calais vivant à proximité de la route de Gravelines, où les migrants tentent de monter dans des camions et affrontent les forces de l’ordre, sont aujourd’hui en détresse face à cette situation.

Le collectif les Calaisiens en Colère, qui regroupe des habitants de la ville et de la région opposés à la présence de plus en plus importante des migrants sur Calais (le camp de la «Jungle» compte plus de 6 000 résidents), est allé à la rencontre d’une riveraine, victime collatérale des affrontements de la nuit dernière.

Aujourd'hui les Calaisiens en Colère étaient Route de Gravelines pour constater les dégâts et allaient à la rencontre des riverains. Les clandestins et no borders sont cachés dans leurs écharpes.

Posted by Les Calaisiens en Colère on Tuesday, November 10, 2015

  Pierres lancées sur les voitures, palissades et boîte aux lettres arrachées, grenades lacrymogènes jonchant le sol (plus de 350 grenades ont été utilisées)… Les stigmates de la nuit sont toujours visibles ce mardi matin. La riveraine interrogée, qui est locataire dans le lotissement depuis un mois, a décidé d’aller dormir chez sa mère avec ses enfants le temps que la situation se calme : «Je suis chez moi ? Et bien non, je ne suis pas chez moi. Je suis obligée de quitter ma maison pour aller chez ma mère, être en sécurité avec mes enfants, et dormir profondément au moins une nuit».

Interview exclusive d'une riveraine avec les larmes aux yeux ,par les Calaisiens en Colère, qui nous explique la nuit...

Posted by Les Calaisiens en Colère on Tuesday, November 10, 2015

«Je vous confirme qu’ils [les migrants] s’en prennent aux riverains», affirme-t-elle dans la vidéo. «Dès qu’ils voient qu’on essaie de filmer ou de se faire entendre, et bien ils s’en prennent à nous. Ils m’ont fait des signes d’égorgement», dit-elle avant de conclure : «Pour moi la guerre civile a déjà démarré, il serait peut-être temps de faire appel à l’armée, il n’y a qu’elle qui puisse nous aider».

Lire aussi : De nouveaux heurts à Calais dans la nuit, 11 policiers blessés


Mais la préfète du Pas-de-Calais, Fabienne Buccio, a d'ores et déjà décidé d'exclure cette option.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»