Olivier Berruyer : «On est passé de la russophobie à la russophilophobie»

Olivier Berruyer : «On est passé de la russophobie à la russophilophobie» Source: RT France
Olivier Berruyer sur le plateau de RT France le 9 août 2018.

Olivier Berruyer était l'invité de RT France à la suite de son décryptage sur l'organisation EU DisinfoLab. Celle-ci avait accusé des «réseaux russophiles» d'avoir amplifié la portée de l'affaire Benalla sur Twitter.

Olivier Berruyer, l'animateur du site Les Crises, spécialisé dans l'économie et la géopolitique, a publié un décryptage complet en deux parties ces 7 et 9 août, dans lequel il a largement enquêté sur l'identité de EU DisinfoLab. Prétendant lutter contre la désinformation, cette organisation a publié une étude, reprise abondamment dans les médias et aussi par le gouvernement, qui «démontre» que près de la moitié des tweets sur l'affaire Benalla ont émané de comptes liés à la sphère russophile. Or, le 8 août, l'organisation a finalement publié les dernières conclusions de son étude ne faisant plus état d'une quelconque influence russe.

RT France a également contacté Alexandre Alaphilippe, l'un des fondateurs de l'organisation EU DisinfoLab. Tandis qu'Olivier Berruyer récuse l'appellation même d'ONG pour ce qu'il considère comme une «officine» dont les méthodes révèlent les incompétences, Alexandre Alaphilippe explique : «La méthodologie que nous avons utilisée permet de comparer des interactions avec des sensibilités. Donc si vous avez partagé des publication des Russia Today ou de Sputnik, ça montre que vous êtes intéressé par ce contenu». Cependant, selon Olivier Berruyer, l'officine en question ne s'intéresse qu'à l'influence russe, preuve en est lorsque EU DisinfoLab a fait une étude sur les élections italiennes : «C'est systématique dans leur vision, c'est "y a-t-il une infuence russe ?" et c'est jamais "y a-t-il d'autres influences ?"»

Olivier Berruyer pointe en outre la responsabilité directe de Twitter qui fournit une quantité colossale d'informations à une organisation «qui sort du néant» et qui lui permet de traiter les données personnelles des utilisateurs français. Il a d'ailleurs annoncé avoir porté plainte auprès de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) et incite toutes les personnes concernées à le faire également.

Lire aussi : Qui est UE DisinfoLab, à l'origine de l'étude sur le gonflage «russophile» de l'affaire Benalla ?

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»