Pour Xavier Moreau, la plupart des migrants en Europe ne sont pas éligibles au droit d'asile

Pour Xavier Moreau, la plupart des migrants en Europe ne sont pas éligibles au droit d'asile
L'analyse politique Xavier Moreau sur le plateau de RT France

Alors que la politique migratoire suscite des tensions au sein de l’Union européenne, l’analyste politique Xavier Moreau a estimé ce 18 juin sur le plateau de RT France, que les règles du droit d'asile devaient être totalement revues.

Xavier Moreau, directeur du centre d'analyses politico-stratégiques Stratpol, a estimé sur RT France ce 18 juin que l’Union européenne était en train de vivre le «soulèvement d’une partie des nations européennes» sur la question migratoire. Pour justifier son propos, il a notamment fait référence à la politique anti-immigration prônée par le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte et à la récente décision du président du gouvernement régional de Bavière, Markus Söder, d'imposer le crucifix dans tous les bâtiments publics, signe selon lui, d'une volonté de certains politiques allemands de «contrer l’islamisation de l’Allemagne».

Interrogé sur la possibilité d’une fermeture des frontières de l’Allemagne pour faire face au défi migratoire comme l'a souhaité le ministre allemand de l’Intérieur Horst Seehofer, Xavier Moreau a affimé que si Berlin prenait cette décision, il pourrait la mettre en œuvre en dépit des traités européens. Néanmoins selon lui, une action commune de l’Europe sur l’immigration doit aller dans le sens d'une «remise en cause du droit d’asile» tel qu'il est défini aujourd'hui.

«On vit sur des règles qui ont été mises en place après la Seconde Guerre mondiale […] destinées à accueillir le cas échéant, quelques centaines de milliers de réfugiés d’Europe de l’Est qui fuyaient le communisme. «Aujourd’hui les choses ont changé : la démographie a été multipliée par cinq, […] ils s’imaginent [les réfugiés] qu’on va les accueillir, qu’il y a encore de la richesse à partager en Europe. Il n'y en a plus», a-t-il affirmé. «C’est toute une politique globale à revoir et c’est pour ça que je suis favorable à une fermeture des frontières nationales.»

Il a en outre estimé que les autorités des pays européens devaient «regarder objectivement d’où v[enaient] ces réfugiés», dont la plupart, ne seraient pas éligibles au droit d’asile selon lui. Enfin, il a assuré qu’à l’instar des autres pays européens, la France subissait «une invasion migratoire» qui remettait en cause une certaine «manière de vivre».

 

Lire aussi : «Sans solution européenne, c'est la fin de Schengen» : Giuseppe Conte prévient Angela Merkel

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»