Le ministre mauricien des Affaires étrangères : «L’île Maurice n’est pas un paradis fiscal»

Le ministre mauricien des Affaires étrangères : «L’île Maurice n’est pas un paradis fiscal»

En visite en Russie, Vishnu Lutchmeenaraidoo, le ministre des Affaires étrangères de la république de Maurice, aborde avec RT France les relations franco-mauriciennes, la future coopération avec la Russie et les révélations des Paradise papers.

Une rencontre avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, plusieurs rendez-vous avec le monde des affaires russe, le chef de la diplomatie mauricienne Vishnu Lutchmeenaraidoo a un menu chargé pour sa visite à Moscou. En tant que président de la Commission de l’Océan indien qui réunit Madagascar, les Seychelles, les Comores, la Réunion et l’île Maurice, une région en pleine expansion, Vishnu Lutchmeenaraidoo est convaincu de pouvoir renforcer la participation russe dans les investissements dans la région.

«L’île Maurice est devenu une plateforme à travers laquelle les pays étrangers investissent dans l’Afrique», explique le ministre. Il y a une très forte présence de l’Occident dans l’Afrique mais aussi une présence chinoise et indienne. Selon Vishnu Lutchmeenaraidoo, dans la configuration géopolitique où l’Inde, la Chine et la Russie ont d'excellentes relations, la situation pourrait être enrichie par une participation plus accrue de la Russie. «Nous pourrions être un élément important dans la stratégie russe en Afrique», souligne le ministre mauricien.  

La donne a changé avec, d'une part, la Chine qui a pris la relève de l’Europe en volume d’investissements et, de l'autre, l’Inde qui augmente les siens. Pour Vishnu Lutchmeenaraidoo, la Russie, en tant que membre des BRICS, ne peut pas rester en dehors de cette mouvance. «Il est légitime pour la Russie d’avoir une présence prononcée dans la région», estime le ministre.

Pour ce qui des relations avec la France, le chef de la diplomatie mauricienne est persuadé que les relations entre les pays ne dépendent pas des hommes, mais des Etats de l'un à l’autre. «L’île Maurice et la France ont une très belle histoire d’amour qui dépasse largement la politique et l’économie», souligne Vishnu Lutchmeenaraidoo. «La France et Maurice c’est une relation des gouvernements pour toujours», confie-t-il.

Bien que l’île Maurice ait figuré dans les récentes révélations des Paradise Papers sur l’évasion fiscale, Vishnu Lutchmeenaraidoo clame haut et fort que la république «n’est pas un paradis fiscal et ne peut jamais devenir un paradis fiscal». La raison pour lui consiste en les relations avec l’UE et l’OCDE qui font que Maurice est obligé de devenir un centre financier transparent. L’île Maurice n’est pas un havre de paix pour les gens disposant d’argent mal gagné ou pour ceux qui ne veulent pas payer les impôts chez eux, juge Vishnu Lutchmeenaraidoo.

«Nous sommes devenus un centre financier international bien plus transparent que beaucoup de centres européens», conclut-il.

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.