Le général Dary à RT France : «Bercy use de dizaines de subterfuges pour grappiller par ci, par là»

Le général Dary à RT France : «Bercy use de dizaines de subterfuges pour grappiller par ci, par là» © RT France
Le général Dary

Ancien gouverneur militaire de Paris et président du Comité de la Flamme, le général Dary a confié à RT France sa vision de la démission de son «ami» le général de Villiers, ainsi que de l'état des finances des armées.

«Ce qu'il faut craindre, c'est que l'Assemblée nationale ne soit plus au courant de la réalité des armées», regrette, au micro de RT France, le général Bruno Dary. Selon l'ex-gouverneur militaire de Paris et ex-commandant en chef de la Légion étrangère, la crise provoquée par la démission fracassante du chef d’état major des armées (Cema), Pierre de Villiers, risque en effet de pousser les responsables militaires à taire leurs doléances aux députés, par peur que leurs propos ne fuitent dans la presse et ne compromettent leur carrière. 

C'est en effet ce qui est arrivé au général de Villier, qui avait déclaré, lors d'une réunion à huis clos à l'Assemblée nationale dont le contenu a été révélé par Les Echos, qu'il n'allait pas se laisser «baiser» par Bercy. Or, pour le général Dary, le rôle d'un Cema consiste notamment à faire connaître les besoins de l'armée, afin que puissent être trouvés des financements.

Le haut gradé accuse en outre le ministère de l'Economie d'employer des «dizaines de subterfuges pour essayer de grappiller» une parties des crédits promis, «par ci, par là».

«On va encore [faire des économies] là où l'on peut taper, c'est-à-dire sur l'entretien des matériels [...], des infrastructures, qui souffrent déjà beaucoup, et [sur les] équipements», regrette-t-il, avant de souligner : «On fera des interventions avec des équipements anciens plutôt qu'avec des équipements neufs. Et ça veut dire que les forces qui ne sont pas déployées [...] s'entraîneront avec moins de matériel et seront donc moins opérationnelles.» Dans ce contexte, le général Dary considère que Pierre de Villiers avait, à juste titre, sonné la tirette d'alarme.

Sur un tout autre plan, l'ex-gouverneur militaire de Paris affirme qu'il est du ressort des militaires de faire un peu de «pédagogie» auprès des nouvelles générations d'hommes et de femmes politiques, qui n'ont connu ni la guerre ni fait leur service militaire, pour leur faire comprendre «les contraintes» soulevées par les opérations militaires.

Un général ayant déjà pointé du doigt l'état des équipements militaires français

En service durant 40 ans, le général Bruno Dary, désormais en retraite, a été gouverneur militaire de Paris entre 2007 et 2012.  Il est aujourd'hui président du Comité de la Flamme, qui a en charge de raviver la flamme de la Tombe du Soldat inconnu sous l'Arc de triomphe, et président du Comité national d’entente des associations patriotiques et du monde combattant.

Il s'était fait remarquer le 19 juillet dernier après le départ de son collègue et ami, par une déclaration percutante dans un message adressé aux collectif des associations patriotiques : «Faudra-t-il des dizaines de cercueil dans la cour d’Honneur des Invalides, pour s’apercevoir de la réalité actuelle des équipements ?»

Lire aussi : 10 jours avant de Villiers, Florence Parly mettait en garde contre la «déliquescence» de l'armée

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.