Etats-Unis : Biden qualifie l'inflation record de «grand atout», croyant son micro coupé

dollars, inflation, Etats-Unis, Biden© Mark Lennihan Source: AP
Vidéo
Cliché pris à New York, le 3 avril 2019 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Interrogé sur l'inflation qui atteint des records aux Etats-Unis, annonçant des élections de mi-mandat compliquées pour le camp démocrate, Joe Biden a qualifié la situation de «grand atout»... avant d'insulter le journaliste qui le questionnait.

«Un grand atout.» C'est par ces mots que le président américain Joe Biden a commenté l'inflation galopante aux Etats-Unis et le handicap politique que cela pourrait entraîner pour le président en place à l'approche des élections de mi-mandat. Le 46e président des Etats-Unis, qui participait à une conférence de presse le 24 janvier, était interrogé à ce sujet par le journaliste de Fox News Peter Doocy.

Pensant vraisemblablement son micro éteint, Joe Biden a alors lancé : «C'est un grand atout. Plus d'inflation...» Il a ensuite insulté le journaliste : «Quel stupide fils de pute.»

Une responsabilité politique qui fait débat

L'inflation est un phénomène économique qui cherche à mesurer l'augmentation générale – et durable – des prix et ainsi matérialiser la perte de pouvoir d'achat avec une même monnaie.

Actuellement, les Etats-Unis sont confrontés à une inflation particulièrement haute, 7% en un an, soit un niveau plus atteint depuis 1981. 

Un facteur qui s'explique en partie par les centaines de milliards de dollars injectés dans l'économie depuis le début de l'épidémie par Joe Biden et son prédécesseur Donald Trump. La demande s'est trouvée augmentée, mais l'offre a de son côté été mise sous pression en raison des pénuries de main-d'œuvre et de matières premières, ainsi que par les vagues épidémiques successives. Ce cocktail a irrémédiablement provoqué une explosion des prix.

Donald Trump n'a d'ailleurs pas manqué de mettre en cause son successeur, le 16 janvier, lors d'un meeting dans l'Arizona en expliquant que les Etats-Unis étaient en passe de devenir «une version à grande échelle du Venezuela». Une comparaison faisant référence à l'hyperinflation qui a frappé l'économie vénézuélienne au cours de la dernière décennie. D'après lui, Joe Biden a causé «plus de destruction que cinq présidents au cours de l'année écoulée».

Joe Biden a lancé un grand plan de relance à hauteur de plus de 1 000 milliards de dollars, faisant augmenter la dette américaine à plus de 120% du PIB. Mais si le président démocrate semblait penser que ces investissements déboucheraient sur une croissance importante, celle-ci peine à se matérialiser. Et si les salaires ont bien augmenté sur la dernière année (+4,7%), ils peinent à couvrir l'inflation, paupérisant ainsi la population.

Car si les effets de l'inflation devaient être momentanés, ils commencent à s'inscrire dans le temps et on pourrait atteindre une situation inconfortable de «stagflation» (croissance économique faible et forte inflation).

Par ailleurs, les taux bas d'emprunt ont également favorisé une hausse importante des loyers et dopé cette inflation.

La situation demeure donc préoccupante pour Joe Biden, en vue des élections de mi-mandat du 8 novembre prochain. L'échéance s'annonce d'ores et déjà compliquée pour les démocrates, qui devront alors justifier cette perte de pouvoir d'achat pour l'ensemble de la population.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix