Les Emirats signent un accord avec la France pour l'achat de 80 Rafale

- Avec AFP

Les Emirats signent un accord avec la France pour l'achat de 80 Rafale© Philippe Lopez/Pool via AP
Un Rafale décolle du porte-avions Charles de Gaulle (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

L'Elysée a annoncé qu'un accord avait été conclu avec les Emirats arabes unis pour la vente de 80 Rafale. Dubaï constitue la première étape de la tournée d'Emmanuel Macron dans les pays du golfe Persique, avant le Qatar et l'Arabie saoudite.

L’Elysée a annoncé dans la matinée du 3 décembre la vente de 80 Rafale aux Emirats arabes unis (EAU) pour un montant de 16 milliards d'euros dont 2 pour les armements. L’accord doit être signé au cours d’une courte visite du président français Emmanuel Macron à Dubaï, première étape d'une tournée dans le golfe Persique qui doit le conduire ensuite au Qatar et en Arabie saoudite.

A Dubaï, Emmanuel Macron est accompagné d'une large délégation de ministres, dont Jean-Yves Le Drian (Affaires étrangères), Bruno Le Maire (Economie) et Florence Parly (Armées), ainsi que de dirigeants d'entreprises, comme Airbus, Thalès, Air Liquide ou EDF. Et de nombreux contrats sont attendus.

Mais celui de la vente de Rafale, plus juteux que prévu – 80 appareils au lieu de 60 – est le plus important. Il devrait permettre aux Emirats arabes unis de remplacer progressivement les 60 Mirage 2000 acquis à la fin des années 1990. Ils deviennent ainsi le sixième pays client de l’avion de chasse français multi-rôle, déjà acquis par le Qatar voisin (36 appareils), mais aussi la Croatie (12), l'Egypte (24), la Grèce (24) et l'Inde (36).

Les Emirats arabes unis sont actuellement le cinquième client le plus important de l'industrie de défense française sur la décennie 2011-2020, avec 4,7 milliards d'euros de prises de commandes, selon le rapport au Parlement sur les exportations d'armement de la France.

Ces dernières années, Paris a toutefois été critiqué car certaines de ces armes avaient vraisemblablement été utilisées dans le conflit au Yémen, où l'Arabie saoudite et ses alliés sont soupçonnés de crimes de guerre par des ONG comme Amnesty International.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix