Brexit : le patron de la Banque d'Angleterre furieux contre les exigences de Bruxelles

Brexit : le patron de la Banque d'Angleterre furieux contre les exigences de Bruxelles© JOHN SIBLEY Source: Reuters
Vue générale montrant la Banque d'Angleterre au cœur du quartier financier de la ville de Londres, en Grande-Bretagne, le 5 novembre 2020 (illustration).

La finance étant exclue de l’accord commercial entré en vigueur le 1er janvier, Londres doit négocier avec Bruxelles à des conditions qu’elle juge abusives. En janvier, Amsterdam a dépassé la City sur le critère du volume d’échanges.

Andrew Bailey, le nouveau gouverneur de la Banque d’Angleterre (BoE), s’est emporté contre Bruxelles le 11 février, lors d’une intervention à la City de Londres devant un parterre de dirigeants du secteur financier. Il a notamment exhorté les Européens à ne pas «déclencher un conflit contre le Royaume-Uni sur le terrain de la finance ».

«Nous avons l'opportunité d'aller de l'avant et de reconstruire nos économies, après le Covid, avec l’aide de nos systèmes financiers […] Ce n'est pas le moment d'avoir des disputes à un niveau régional», a-t-il expliqué.

L’accord commercial signé entre l’Union européenne et le Royaume-Uni, entré en vigueur le 1er janvier, n’englobe pas les services financiers. Des négociations sont donc en cours pour que les sociétés financières britanniques puissent obtenir le «passeport européen» et continuer d’opérer librement sur le marché unique.

Mais ces négociations se passent mal, si l’on en croit les déclarations du chef argentier britannique, qui a affirmé que l’Union européenne (UE) exigeait de Londres le respect de normes qu’elle ne demandait à aucun autre pays et qu’il «soupçonne qu’elle n'accepterait pas pour elle-même».

Il s’est également plaint que Bruxelles ait récemment ouvert son marché aux chambres de compensation de titres des Etats-Unis, ce qui a été refusé à leurs homologues britanniques. Mairead McGuinness, la commissaire européenne aux Services financiers, a immédiatement rétorqué, lors d’un événement en ligne rapporté sans précision par Reuters, que «l'Union européenne s'efforcera[it] d'établir une coopération étroite avec la Grande-Bretagne sur les services financiers», mais que Londres ne pouvait pas s'attendre à un accès «basé sur l'équivalence» si ses règles étaient trop divergentes.

La City éclipsée par Amsterdam ?

«Londres restera sans aucun doute l'un des principaux centres financiers du monde, sinon le premier», a tenté de se rassurer Andrew Bailey lors de son intervention. Mais la veille, le Financial Times avait révélé que, sur le critère des échanges quotidiens de titres, Amsterdam avait déjà dépassé la City depuis janvier avec un volume quotidien de transactions d’un montant de 9 200 milliards d’euros contre 8 600 milliards.

L'industrie financière britannique pèse 135 milliards de livres (environ 150 milliards d’euros) selon les calculs de l’agence Reuters, et représente plus de 10% des recettes fiscales britanniques. Or selon PwC (ex- Pricewaterhouse Coopers), ces ressources sont amenées à se réduire à court terme sous l’effet conjugué du Brexit et de l’épidémie de Covid-19.  

Face à l’euro, la livre sterling a perdu 20% de sa valeur au cours des cinq dernières années après un pic à 1,43 euro pour une livre atteint en juillet 2015, contre environ 1,14 actuellement.

Ivan Lapchine 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»