Peur sur les marchés : comme un air de 2008… En pire ?

Peur sur les marchés : comme un air de 2008… En pire ?© Daniel ROLAND / AFP Source: AFP
La Banque Centrale européenne.

Italie figée, Etats-Unis fermés aux Européens, BCE en panne d’inspiration…Le coronavirus a semé la panique sur les Bourses mondiales, mais avec une ampleur sans précédent. En 3 semaines, le CAC 40 a déjà perdu le tiers de sa valeur : stop ou encore ?

«On croirait revenir à l’époque de Lehman Brothers !». Marc Touati, économiste et fondateur d’ACEDEFI, fait aujourd’hui figure de vétéran. La faillite de la banque d’affaires, symbole de la crise des subprimes, il l’avait vécue aux premières loges. Mais cette fois, la chute des Bourses est encore plus violente que ce qu’il avait prévu : -12% pour le CAC 40, rien que sur la séance de jeudi. Une glissade historique. Pour lui, et au train où vont les choses, «on va à la cave» sur l’indice parisien. Traduisez : sous les 4000 points, et pour un certain temps. Car il a suffi que Donald Trump interdise, pour un mois et sans concertation, l’entrée des Etats-Unis aux ressortissants Européens, pour que la crise du coronavirus prenne une nouvelle tournure, encore plus pénalisante pour l’économie mondiale. Après l’Italie, c’est donc toute la zone euro qui se retrouve mise à l’index.

Pour Véronique Riches-Florès, qui surveille la situation comme le lait sur le feu, le choc est d’autant plus rude que «le coût économique de cette épidémie est encore très difficile à chiffrer». L’économiste de RF Research estime toutefois qu’il sera «considérable», au point de remettre en cause l’idée d’une hausse continue des Bourses grâce à des taux toujours plus bas. La différence par rapport à 2008 ? «A ce moment-là, on avait des réserves» se souvient Véronique Riches-Florès, «la première, c’était la Chine qui nous avait tiré de la récession. Mais aujourd’hui, c’est le flou total !».

Alors si la Chine elle-même flanche, à qui s’en remettre ? Une fois de plus, les banques centrales vont venir à la rescousse, mais avec des marges de manœuvre nettement plus réduites, notamment pour la Banque centrale européenne dont les taux sont à zéro depuis des années. La BCE qui a pris de court les marchés en ne baissant pas ses taux, accélérant ainsi la chute des indices : pour ce qui est de rassurer, c’est raté ! L’institution, désormais dirigée par Christine Lagarde, a préféré cibler les banques avec des prêts à taux avantageux, et accélérer son programme de rachat d’actifs pour injecter des liquidités dans l’économie.

Face à l’incapacité des banques centrales à calmer le jeu, c’est aux Etats de reprendre la main

Une réponse que Jacques Sapir, économiste et intervenant régulier sur RT France, juge «insuffisante et inadaptée», face à une crise qui devient financière. Pour lui, et face au marasme des marchés, «il fallait provoquer une surprise, avec des taux largement négatifs». Ce que déplore Jacques Sapir, c’est que Christine Lagarde n’ait pas pris la mesure de la crise de liquidités qui menace les entreprises, notamment les banques, en première ligne quand les Bourses dévissent.

Des faillites de banques en cascade, c’est ce que redoute David Cayla, enseignant-chercheur à l’Université d’Angers et membre des Economistes atterrés. Il rappelle que «les banques sont en bout le ligne, et qu’elles subissent à postériori les faillites des entreprises qui ne peuvent plus rembourser leurs emprunts». Elles-mêmes sont d’ailleurs fragilisées par les taux zéro des banques centrales qui laminent leurs marges. Pour le chercheur, «les banques sont le reflet de l’économie», en quelque sorte leur baromètre. Les pertes de leurs clients génèrent des créances douteuses qui plombent leurs bilans. Et dans ce domaine, les plus fragiles sont connues : Deutsche Bank qui accumule les pertes, et certaines banques italiennes, qui bien avant le coronavirus, étaient déjà pointées du doigt. Le marché ne s’y trompe d’ailleurs pas puisque rien qu’à Paris, BNP Paribas, Société Générale, ou Crédit Agricole font partie des plus fortes baisses de la séance de jeudi, avec des chutes comprises entre 12 et 14%. Une journée noire parmi tant d’autres pour le secteur.

Face à l’incapacité des banques centrales à calmer le jeu, c’est aux Etats de reprendre la main avec des mesures budgétaires, prises dans l’urgence, et sans réelle coordination. Pour la France, Emmanuel Macron a promis «un plan de relance national et européen», estimant que les premières annonces de la BCE ne seraient peut-être pas «suffisantes», mais sans en dire plus pour l’instant.

En attendant une hypothétique remontée des marchés, Marc Touati, lui, se dit que certaines valeurs commencent à être intéressantes à l’achat. «Comme après 2008, glisse-t-il, je vais peut-être redevenir l’un des rares optimistes de la place !». Un comble.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»