Coronavirus : plus de 160 entreprises demandent une mise en chômage partiel

Coronavirus : plus de 160 entreprises demandent une mise en chômage partiel Source: AFP
Le ministre français de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, et la secrétaire d’Etat, Agnès Pannier-Runacher, lors d'une conférence de presse après une réunion sur l'impact économique du coronavirus, au ministère de l'Economie à Paris le 3 mars 2020 (image d'illustration).

Le Coronavirus COVID‐19 s’attaque aussi aux entreprises en réduisant leur activité. 164 d’entre elles – pour moitié liées au secteur du tourisme – ont déjà demandé des mesures d’accompagnement qui pourraient finir par coûter cher à la collectivité.

A la date du 3 mars, 164 entreprises auraient déposé une demande d'activité partielle en raison du coronavirus, selon des informations rapportées par BFMTV qui cite le ministère de l’Economie et des Finances. L’ensemble des demandes concernait déjà 2 255 salariés pour 932 994 heures et un montant global d’allocations de plus de 7 millions d’euros.

40% de ces demandes émanent d’entreprises d’Ile-de-France. Le Grand Est serait la région la plus touchée pour les effectifs et le nombre d'heures chômées. Parmi les secteurs d’activité les plus touchés, on trouve ceux qui sont liés au tourisme, comme la restauration (20% des demandes), suivie du transport terrestre (12%), des activités des agences de voyage, services de réservation et activités connexes (8%) et de l'hébergement (7%).

La mise en activité partielle permet à un employeur faisant face à une baisse temporaire d’activité de mettre ses employés en chômage temporaire sans procéder à des licenciements économiques. Les salariés concernés reçoivent ainsi une indemnité horaire, versée par leur employeur, égale à 70% de leur salaire brut tandis que l'entreprise reçoit une allocation financée conjointement par l’Etat et Pôle emploi. Si les salariés acceptent de suivre une formation durant la période où ils sont au chômage partiel, leur salaire est intégralement payé.

En plus du financement des salariés par le mécanisme de chômage partiel, Bercy a rendu public le 2 mars le dispositif des mesures dont peuvent bénéficier au cas par cas les entreprises. Y figurent le report d’échéances sociales et/ou fiscales (URSSAF, impôts) ; le cas échéant, un plan d’étalement de créances avec l’appui de l’Etat et de la Banque de France ; l’obtention ou maintien d’un crédit bancaire via Bpifrance, qui se portera garant de tous les prêts de trésorerie dont les entreprises pourraient avoir besoin en raison de l’épidémie et jusqu’à «l’appui au traitement d’un conflit avec des clients ou fournisseurs».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»