Changement de statut et réforme des retraites : les grèves ont coûté 1,5 milliards d'euros à la SNCF

Changement de statut et réforme des retraites : les grèves ont coûté 1,5 milliards d'euros à la SNCF Source: Reuters
Les cheminots de la SNCF au 36e jour consécutif de grève contre la réforme du système des retraites à un rassemblement syndical près de la gare de Lyon à Paris.

Selon le PDG de la SNCF, les conflits sociaux contre les réformes du gouvernement ont déjà coûté plus de 1,5 milliards d’euros à l’entreprise. La CGT Cheminots, syndicat majoritaire, dénonce «la stratégie du pourrissement».

«L'entreprise se trouve embarquée par un conflit qui la dépasse largement», écrit Jean-Pierre Farandou, dans une lettre rendue publique à Laurent Brun, secrétaire général de la fédération CGT des cheminots, le syndicat majoritaire.

«Avec déjà plus de 700 M d'euros d'impact économique, qui se rajoutent aux 800 M d'euros de pertes liées au conflit de 2018 contre la réforme ferroviaire, notre entreprise est privée d'1,5 milliard d'euros de revenus en 2 ans», affirme le PDG de la SNCF.

Il estime par ailleurs que l'image de l'entreprise «est une nouvelle fois affectée [et] la capacité de la SNCF à assurer durablement un service public de qualité est re-questionnée». Puis il ajoute que «les clients se tournent vers des solutions alternatives au ferroviaire [et que] le fret ferroviaire est encore affaibli».

Dans sa lettre, le président de la SNCF fait valoir que l'action de la direction «a permis que près de 58% des cheminots et trois conducteurs sur quatre ne soient finalement pas concernés par le projet de réforme des retraites».

Il estime aussi que le «positionnement revendicatif» de la CGT «comme fer de lance d'un conflit interprofessionnel qui s'oppose à un projet de loi, renvoie à une négociation nationale avec le gouvernement en dehors de [son] champ de responsabilité». 

silence assourdissant de la Direction SNCF qui laisse les élus politiques de la majorité présidentielle vomir quotidiennement sur les salariés de l'entreprise

Dénonçant dans un tract la «stratégie du pourrissement», le secrétaire général du premier syndicat à la SNCF déplorait qu’ «après 30 jours de grève, aucun représentant de la CGT cheminots n’a[it] eu le "plaisir" de rencontrer le premier dirigeant de l’entreprise pour traiter les 28 sujets revendicatifs majeurs repris dans le préavis de grève unitaire».

Et dans sa lettre ouverte au patron de la SNCF, Laurent Brun déplorait également «le silence assourdissant de la Direction SNCF qui laisse les élus politiques de la majorité présidentielle vomir quotidiennement sur les salariés de l'entreprise, les traiter de privilégiés, de profiteurs, d'assistés, de corporatistes et autres qualificatifs inacceptables».

Lire aussi : EPIC Fail : Fitch abaisse la notation de la SNCF à cause de la réforme ferroviaire


Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»