Le Wall Street Journal accuse Google de tricherie

Le Wall Street Journal accuse Google de tricherie Source: Reuters
Philipp Justus (à gauche) , vice-président de Google pour l’Europe centrale et les pays germanophones et Sundar Pichai, PDG de Google, lors de l’ouverture des nouveaux bureaux de Google à Berlin, le 22 janvier 2019 (illustration).
Suivez RT France surTelegram

De plus en plus sur la sellette, Google est accusé de truquer les résultats de son moteur de recherche au service de ses intérêts commerciaux et de ceux des plus gros clients de son service de publicité en ligne.

«Le géant de l'internet utilise des listes noires, des ajustements d'algorithmes et une armée de sous-traitants pour façonner ce que vous voyez», affirme le Wall Street Journal(WSJ) en sous-titre d’une enquête sur les pratiques du moteur de recherche de Google.

Le quotidien de référence de la finance aux Etats-Unis a ainsi interrogé une centaine de professionnels proches du groupe Alphabet, qui possède le moteur de recherche, et pratiqué de nombreux tests en comparant les résultats de Google avec ceux d’autres moteurs de recherche.

Pour le WSJ, aucun doute possible, le premier moteur de recherche de la planète, avec ses 3,8 millions de requêtes par minute, a spécialement paramétré ses algorithmes de sorte à favoriser ses intérêts et ceux des grandes entreprises qui font appel à sa régie publicitaire au détriment des petites entreprises. Ses suggestions automatiques de recherche seraient également manipulées.

Selon le quotidien, les résultats de son enquête ont sapé l’un des principaux arguments de défense de Google contre les inquisitions des régulateurs mondiaux selon lequel son moteur de recherche n’exercerait aucun contrôle éditorial sur ce qu’il montre aux utilisateurs.

Quelques jours plus tôt le WSJ avait également révélé qu’en partenariat avec Ascension, une institution médicale privée implantée dans 21 Etats américains, Google avait siphonné les données médicales personnelles de millions de patients sans les avoir informés au préalable.

Menace de démantèlement

Pour Google, ces accusations tombent particulièrement mal, dans un contexte de suspicion très forte à l’égard des géants de la technologie aux Etats-Unis. Ainsi, en juillet, le département de la Justice des Etats-Unis a annoncé l’ouverture d’une enquête de sa division anti-trust pour vérifier si – et éventuellement comment – les plates-formes en ligne et les géants des technologies avaient acquis des positions dominantes leur permettant de limiter la concurrence et freinant l’innovation, ou portant préjudice aux consommateurs.

En mars, Elizabeth Warren, candidate à l’investiture du parti Démocrate pour l’élection présidentielle de 2020 aux Etats-Unis a même fait sensation en publiant une tribune intitulée «Voici comment nous pouvons démanteler les géants des technologies» et en annonçant qu’elle refusait tous les dons pour le financement de sa campagne issus des Gafam.

En Europe, Google s’est déjà vu infliger trois amendes records pour abus de position de dominante, liées à son système d’exploitation pour smartphones Android, à son comparateur de prix Google Shopping, et plus récemment à sa régie publicitaire Adsense.

Lire aussi : Que Choisir attaque Google sur la vie privée et réclame 1 000 euros par utilisateur d’Android

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix