La construction de Nord Stream 2 continue malgré les pressions américaines et le blocage du Danemark

La construction de Nord Stream 2 continue malgré les pressions américaines et le blocage du Danemark Source: Reuters
Alexeï Miller, président de Gazprom (g.), Gerhard Schröder, ex-chancelier d’Allemagne et Isabelle Kocher, directrice générale d’Engie à Paris le 24 avril 2017, lors de l’accord de financement du projet Nord Stream 2 (illustration).

Les menaces américaines de sanctions n’ont pas réussi à bloquer la construction du gazoduc qui doit relier la Russie et l’Allemagne. Mais le Danemark accumule les manœuvres pour en retarder l’achèvement.

«L’Allemagne a toujours soutenu la construction du gazoduc Nord Stream-2 en tant qu’initiative commerciale qui contribue à renforcer la sécurité énergétique de l’Europe», affirme le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué officiel publié à l’occasion de la visite de travail en Allemagne de Sergueï Lavrov le 18 juillet.

Trois jours plus tôt Oleg Axioutine, vice-président du conseil d’administration de Gazprom avait annoncé dans une émission de la chaîne Rossiya 24 que la construction de la partie sous-marine de Nord Stream 2 était achevée à environ 60%. Et en juin, Alexeï Miller, président de Gazprom, avait déclaré à Saint-Pétersbourg que «le point de non-retour sur ce projet a[vait] été atteint depuis longtemps, [qu’il n’y avait] aucune possibilité légale d'arrêter le projet [et qu’il serait] terminé dans les délais».

Nord Stream 2, conçu pour acheminer le gaz naturel russe en Allemagne, puis vers d’autres clients européens, devrait doubler la capacité de Nord Stream 1 (55 milliards de mètres cubes par an) entré en service en 2012. Le nouveau projet coïncide avec une augmentation de la consommation de gaz européenne dont a particulièrement profité la Russie – essentiellement Gazprom. Depuis 2014, la part de la Russie dans les importations de gaz des Etats membres de l’Union européenne (UE) a maintenu sa première place, passant même de 30 à 37%. Et selon la revue d’analyse économique basée à Londres European CEO : «Il y a le potentiel pour que ce chiffre augmente encore dans l’avenir».

Pression de Washington contre les entreprises européennes

Une perspective qui ne satisfait pas du tout l’administration de Donald Trump,  qui a accumulé imprécations et menaces contre ce projet et même les entreprises européennes qui assurent 50% de son financement estimé à 9,5 milliards d’euros. On trouve parmi elles rien moins que les sociétés allemandes Uniper, Wintershall et BASF, le groupe anglo-néerlandais Shell, l’Autrichien OMV et le Français Engie.

Le 2 mai à Bruxelles, le secrétaire d’Etat américain à l’Energie Rick Perry a profité de la tribune d’un forum strictement euro-américain de haut niveau consacré à l’énergie pour laisser planer la menace de mesures punitives commerciales pour sanctionner les approvisionnements européens et surtout allemands en gaz russe. Il a depuis affirmé à Reuters qu'un projet de loi de sanctions imposant de sévères restrictions aux entreprises impliquées dans le projet serait élaboré dans un «avenir pas trop éloigné».

Quant au président des Etats-Unis, il ne rate aucune occasion de s’emporter contre l’Allemagne accusée de verser des milliards de dollars à Gazprom alors que les Etats-Unis la protégeraient de la Russie. La dernière fois, c’était le 13 juin, à l’occasion de la visite à la Maison Blanche d’Andrzej Duda président polonais dont le pays fait partie, avec les pays baltes et les pays scandinaves des Etats membres de l’Union européenne opposés à Nord Stream 2. Le président des Etats-Unis, Donald Trump avait même passé un cran supérieur dans ses allusions menaçantes, en déclarant qu'il envisageait des sanctions contre le projet de gazoduc russe Nord Stream 2, que les «Etats-Unis [avaient] demandé aux entreprises européennes d'éviter».

malgré l'imminence des sanctions américaines, le pipeline Nord Stream 2 sera probablement mis en service

Blocage maritime danois 

Pour autant le célèbre think tank americain Stratfor pense que «malgré l'imminence des sanctions américaines, le pipeline Nord Stream 2 sera probablement mis en service». Dans une note d’analyse parue le 17 juillet, Stratfor, soulignant que les approvisionnements en énergie en Europe sont devenus un élément clé de la confrontation américano-russe, considère «peu probable» que  Washington mette à exécution ses menaces de faire dérailler le pipeline Nord Stream 2 par des sanctions économiques sévères. En revanche, la Maison Blanche est plus susceptible de prendre des mesures qui entraînent des retards dans la construction du pipeline.

Les Etats-Unis disposent pour cela d’un allié précieux, le petit Danemark avec ses six millions d’habitants - et surtout ses eaux territoriales ainsi sa zone maritime exclusive – sur lequel ils exercent de fortes pression, selon l’ex-chancelier allemand Gerhard Schröder. «Nord Stream 2 est un projet qui peut être mis en service à la fin de l'année. Mais il y a un problème évident : la politique danoise. Ceci est lié aux pressions politiques américaines et à l’Ukraine», a ainsi déclaré l’actuel administrateur de Nord Stream 2, cité par Reuters, le 7 juillet depuis le Forum économique international de Saint-Pétersbourg. Il a ajouté que les élections imminentes au Danemark laissent espérer que Nord Stream 2 sera terminé à temps.

Mais pour le moment Gazprom est toujours bloqué à l’orée des eaux danoises et a déjà dû renoncer à sa première demande de permis qui passait par les eaux territoriales danoises. Le 1 er juillet, la société a soumis deux autres itinéraires, qui traverseraient seulement sa zone économique exclusive. Cette solution de contournement est considérée comme un processus d’approbation plus facile et plus rapide, sans garantir une mise en oeuvre d'ici la fin de l'année.
Jean-François Guélain

Lire aussi : Négociations en cours pour le raccordement de la Slovaquie à Nord Stream 2 et TurkStream

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»