Au lendemain des élections, la Commission européenne envisagerait de s'en prendre à l'Italie

Au lendemain des élections, la Commission européenne envisagerait de s'en prendre à l'Italie© PHILIPPE HUGUEN Source: AFP
Des figurines disposées sur un drapeau italien entouré des étoiles européennes (image d'illustration).

Dans le contexte des relations conflictuelles entre Rome et Bruxelles au sujet du budget italien, l'exécutif européen serait sur le point de relancer les hostilités en ouvrant la voie à une procédure disciplinaire contre le gouvernement de coalition.

Au lendemain des élections européennes, l'agence de presse américaine Bloomberg rapporte dans un article daté du 27 mai que Bruxelles s'apprêterait à initier une procédure disciplinaire à l'encontre de l'Italie, reprochant à Rome de ne pas avoir fourni les efforts suffisants pour contenir son déficit et la dette nationale.

La dette italienne, selon les prévisions de la Commission européenne révélées au début du mois, devrait atteindre 133,7% du PIB en 2019, soit plus du double de la limite fixée par l’Union européenne (UE) à 60% du PIB. Quant au déficit italien, la Commission a calculé qu'il pourrait atteindre 3,5 % du PIB en 2020, ne respectant ainsi pas la règle des 3% imposée par l'UE.

Nous verrons si nous recevons cette lettre dans laquelle ils nous imposent une amende [...] et nous disent de payer trois milliards d'euros.

Réagissant à l'information selon laquelle une lettre d'avertissement pourrait être envoyée à Rome dans la semaine, le ministre de l'Intérieur italien, Matteo Salvini, s'est exprimé à l'antenne de la radio italienne RTL. «Nous verrons si nous recevons cette lettre dans laquelle ils nous imposent une amende pour les dettes du passé et nous disent de payer trois milliards d'euros», a-t-il commenté ce 28 mai.

Pour sa part, Bloomberg a précisé que la source à l'origine de cette annonce avait préféré garder l'anonymat, expliquant que «la Commission européenne n'a[vait] pas finalisé sa décision».

En tout état de cause, la proposition de la Commission de sanctionner l'Italie – qui devrait être soumise à la validation des autres Etats membres de l'UE – s'inscrirait dans un bras de fer de taille entre Bruxelles et Rome quant au budget italien.

Bruxelles contre le budget italien

Le 23 octobre 2018, près de cinq mois après la formation du gouvernement de coalition mené par la Ligue et le Mouvement 5 étoiles (M5S), la Commission européenne rejetait, pour la première fois de son histoire, le budget présenté par un Etat membre.

Le commissaire européen Pierre Moscovici avait alors dénoncé «une déviation claire, nette, assumée» des règles de l'UE de la part de Rome. 

Pour sa part, le gouvernement italien défendait un plan budgétaire s'inscrivant dans une politique de relance. Celle-ci comprenant notamment le gel des augmentations de la TVA qui étaient attendues dès 2019, la multiplication des investissements publics et privés, la réforme du système de retraite, ou encore la création du revenu de base des citoyens. Une orientation qui correspond au «démantèlement des mesures prises par le précédent gouvernement», selon l'économiste Jacques Sapir. Au grand dam de la Commission européenne. 

Fabien Rives

Lire aussi : Le gouvernement italien choisit la relance et non l’austérité

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»