Sous la pression de Trump, Google barre la route de Huawei aux évolutions d’Android

Sous la pression de Trump, Google barre la route de Huawei aux évolutions d’Android Source: AFP
Image d'illustration.

Dans un contexte de conflit commercial entre Washington et Pékin, la société Alphabet, qui possède Google, a annoncé qu'elle cesserait toute collaboration avec le géant chinois des télécommunications Huawei pour ses prochains modèles de smartphones.

Google a suspendu ses activités avec Huawei nécessitant le transfert de technologie, à l'exception des applications accessibles via des licences libres, selon l’agence Reuters. Cette décision fait suite à un décret présidentiel signé le 16 mai qui donne au gouvernement des Etats-Unis le pouvoir de bloquer les transactions impliquant des technologies de l'information ou de la communication à des entreprises qui «constituent un risque inacceptable pour la sécurité nationale».

Le porte-parole de Google cité par Reuters a toutefois précisé que les détenteurs des smartphones Huawei actuels dotés d'applications Google continueraient de pouvoir utiliser et télécharger les mises à jour des applications fournies par Google. Il a jouté : «Nous nous conformons au décret et en examinons les conséquences.»

Mais ces restrictions pourraient handicaper la progression du géant chinois des télécommunications sur le marché américain et même dans le monde. En effet, les futures versions de smartphones Huawei et de ses autres marques comme Honor, fonctionnant sous Android perdraient l'accès aux services les plus populaires, comme les applications Google Play Store, Gmail et YouTube.

«Huawei ne pourra utiliser que la version publique d'Android et ne pourra pas accéder aux applications et services propriétaires de Google», a déclaré la source. Huawei continuera d’avoir accès à la version du système d’exploitation Android disponible via la licence Open Source, connue sous le nom de Projet Open Source Android (AOSP), qui est disponible gratuitement. Toutefois, Google cessera de fournir à Huawei un accès, un support technique et une collaboration impliquant ses applications et services propriétaires, a précisé la source.

L'Europe, premier marché de Huawei après la Chine

Il existe environ 2,5 milliards d'appareils Android actifs dans le monde, selon Google. En 2018, Huawei a vendu environ 200 millions de smartphones dans le monde dont la moitié en Chine où les appareils de ses différentes marques fonctionnent sans les applications de Google remplacées par des concurrents nationaux tels que Tencent et Baidu.

La mesure du dommage pour Huawei n’est pas encore évaluée, mais le blocage de l’activité de ZTE entre avril et septembre 2018 est encore dans les mémoires. L’administration américaine reprochait au constructeur d'équipement de téléphonie mobile d’avoir ignoré son embargo sur les technologies contre l’Iran et la Corée du Nord en vendant dans ces pays des téléphones contenant des composants américains.

ZTE s’était retrouvée au bord de la faillite pendant trois mois après l’interdiction faite à ses fournisseurs américains de composants au premier rang desquels Qualcom de continuer à la fournir. Elle n’avait pu lever les restrictions américaines qu’au prix de la mise sur pied d’une cellule de surveillance de ses activités contrôlée par le Bureau de la sécurité et de l’industrie rattaché au département du Commerce pour une durée de dix ans.

Nouvelle étape dans l'escalade du conflit commercial entre la Chine et les Etats-Unis

En réaction à l’annonce de Google, Huawei a déclaré par communiqué avoir passé les dernières années à préparer un plan d'urgence en développant sa propre technologie. La mesure frappant Huawei a pour contexte un conflit commercial entre la Chine et les Etats-Unis qui s’est jusqu’ici concrétisé par l’annonce de nouvelles barrières douanières aux exportations.

La Chine a par exemple annoncé qu’elle imposerait des droits de douane plus élevés sur une gamme de produits américains, notamment les légumes surgelés et le gaz naturel liquéfié, une décision prise à la suite de la décision de Washington de relever ses propres prélèvements sur des importations chinoises d’un montant de 200 milliards de dollars.

Les négociations entre la Chine et les Etats-Unis sur un accord commercial sont actuellement au point mort, mais les présidents Donald Trump et Xi Jinping devraient se rencontrer lors du prochain sommet du G20 qui se tiendra au Japon en juin prochain.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»