«Coup de massue» dans la Sarthe : la liquidation du papetier Arjowiggins condamne 800 emplois

- Avec AFP

«Coup de massue» dans la Sarthe : la liquidation du papetier Arjowiggins condamne 800 emplois Source: AFP
Sur une pancarte en forme de cercueil, les manifestants ont écrit les noms d’entreprises locales menacées par la fermeture de la fabrique de papier Arjowiggins, lors d'une marche organisée à Bessé-sur-Braye, dans l’Ouest de la France, le 28 février 2019 (image d'illustration).

Faute d'investisseurs, 800 salariés de deux usines du papetier Arjowiggins dans la Sarthe vont se retrouver sans emploi après l'annonce de la liquidation judiciaire de leur entreprise.

Le tribunal de commerce de Nanterre a prononcé ce 29 mars la liquidation judiciaire d'Arjowiggins Papiers Couchés à Bessé-sur-Braye (Sarthe), qui emploie 580 personnes, et la cession partielle de celle du Bourray (270 emplois), à Saint-Mars-La-Brière près du Mans.

«Il y a 800 salariés touchés directement, sans compter les emplois indirects. Il y a eu des liquidations qui ont touché autant de salariés mais autant dans un même département et une même zone géographique, c'est vraiment inédit», a souligné l'avocat des salariés Thomas Hollande. «C'est une catastrophe pour le département de la Sarthe», a-t-il ajouté, faisant part de sa «colère» vis-à-vis de l'Etat.

Pour l'usine de Bessé-sur-Braye, fondée en 1824, le tribunal a prononcé «la liquidation judiciaire sans poursuite d'activité», a expliqué l’avocat. Pour l'usine du Bourray, il s'agit d'une cession partielle «avec le licenciement de plus de 150 salariés», selon la même source.

A Bessé-sur-Braye, des salariés bloquaient le 29 mars les sorties de camions en plaçant des bobines de papier devant les entrées du site, selon un journaliste de l'AFP. Une cinquantaine de personnes étaient réunies dans la cour intérieure dans une ambiance d'enterrement. Alain, 58 ans et 35 d'usine, faisait part de «son dégoût». «Tout le monde nous a abandonnés, on s'est fait rouler dans la farine», a-t-il estimé.

«On s'y attendait mais là c'est cuit. C'est le coup de massue», a déclaré à l'AFP Abraham Philippe, représentant CGT à Bessé-sur-Braye (580 salariés), avant même l'annonce officielle.

Peu de perspective d'emplois à moins d'une heure de route

«Il va y avoir 600 personnes dans la région sans emploi et il n'y a rien dans le secteur», a déploré Christine, employée à la logistique, chez «Arjo» depuis 35 ans, parlant d'un «coup très dur». «Il y a une heure de route minimum pour les grandes villes, Blois, Tours ou Le Mans. On a du mal à réaliser que c'est fini», a-t-elle ajouté.

«Tout le monde est sous le choc», a renchéri Jacques Lacoche, le maire de Bessé-sur-Braye (2 200 habitants). «Il y a toujours un espoir de repreneur même après la liquidation judiciaire», a-t-il toutefois affirmé.

Le besoin de financement pour reprendre l'usine de Bessé s'élevait à 40 millions d'euros, selon Thomas Hollande, avocat des salariés, la région s'étant dit prête à apporter 20 millions d'euros.

BpiFrance, actionnaire du groupe en difficulté

Selon l'avocat, l’Etat, la Banque publique d'investissement (BPI) et les dirigeants du groupe «sont responsables de cette situation alors qu'il y avait un projet de reprise viable proposé». Ils «ont refusé de le financer intégralement», a estimé l'avocat. Les trois usines, qui appartenaient au groupe Sequana, ont été placées en redressement judiciaire le 8 janvier. BpiFrance est actionnaire de Sequana à hauteur de 15,4% du capital et détient 17,2% des droits de vote.

«C'est une nouvelle difficile pour le territoire [...] Malheureusement, les financements privés nécessaires pour équilibrer l'offre n'ont pu être réunis», a réagi Bruno Le Maire, le ministère de l'Economie dans un communiqué. «L'Etat sera aux côtés des collectivités locales pour accompagner et reclasser les salariés», a-t-il ajouté.

Dans un communiqué de presse, Christelle Morançais, présidente (LR) du conseil régional des Pays de la Loire a déclaré : «La région est aux côtés des salariés d'Arjowiggins depuis le début, elle ne les abandonnera pas ! » annonçant la mobilisation de «tous ses moyens» pour que ces derniers « retrouvent un emploi dans les plus brefs délais».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»