Après l’interdiction de la fusion Alstom-Siemens, Paris et Berlin veulent changer les règles du jeu

Après l’interdiction de la fusion Alstom-Siemens, Paris et Berlin veulent changer les règles du jeu Source: AFP
Le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire (à gauche) et son homologue allemand Peter Altmaier (à droite), donnent une conférence de presse le 19 février 2019 à Berlin, pour présenter leur projet de politique industrielle pour l'UE.

Bruno Le Maire et son homologue allemand Peter Altmaier ont présenté à Berlin leurs propositions pour l’industrie européenne. Elles reposent sur trois piliers : innovation, mains libres face à la Commission, et protection du marché intérieur.

Les oreilles de Margrethe Vestager, la commissaire européenne à la concurrence, ont dû siffler ce 19 février. En effet, à Berlin, les ministres français et allemand de l’Economie ont présenté leur Manifeste pour une politique industrielle européenne adaptée au XXIe siècle. Or, le cœur du projet, un de ses «trois piliers», est un appel à revoir les règles de la concurrence.

Une allusion directe à l’interdiction par Bruxelles de la fusion des entités ferroviaires des groupes industriels français et allemand Alstom et Siemens, rendue publique le 6 février dernier sur la base des conclusions de l’équipe de Margrethe Vestager.

De l’autre côté de l’atlantique l’agence américaine Reuters n’a d’ailleurs retenu que cet aspect de la démarche franco-allemande en titrant sa première dépêche sur la rencontre de Berlin : «La France et l'Allemagne cherchent à obtenir un droit de veto des gouvernements [du conseil européen] dans les décisions sur la concurrence.»

Et en effet, cette suggestion figure dans le manifeste co-signé par Bruno Le Maire et son homologue Peter Altmaier.  Ce n’est toutefois que la huitième des 14 mesures proposées, et elle est rédigée de façon prudente : «Examiner si un droit de recours du Conseil, qui pourrait revenir sur des décisions de la Commission, pourrait être approprié dans des cas bien définis, sous réserve de conditions strictes.»

En présentant le projet, Bruno Le Maire est revenu sur les règles actuelles de la concurrence en Europe et les a une de fois de plus jugées «dépassées comme on l'a vu avec l'échec de la fusion Siemens-Alstom».

«Rester une puissance industrielle et manufacturière mondiale»

Mais le projet défendu par Paris et Berlin a une ambition plus large comme le souligne son titre. Et dès son introduction, il en précise l’enjeu : «La force économique de l’Europe au cours des prochaines décennies dépendra énormément de notre capacité à rester une puissance industrielle et manufacturière mondiale.»

Le manifeste repose sur trois piliers dont le premier est le financement de l’innovation… «de rupture», selon le qualificatif à la mode. Le texte appelle à mobiliser toutes les structures européennes existantes comme le Conseil européen de l’innovation (CEI) pour «devenir les leaders mondiaux de l’intelligence artificielle».

Il souligne le rôle des projets importants d’intérêt européen commun (PIIEC), un cadre réglementaire facilitant l’injection de financements publics dans des projets industriels.

Un champion européen de la batterie pour véhicules électriques

Cette démarche a pour contexte le projet franco-allemand de création d’un champion européen de la production de batteries électriques, qui sera ouvert à d'autres pays européens s'ils le souhaitent.

Lors de la conférence de presse à Berlin, le ministre allemand de l’Economie et de l’Energie a précisé que l'Allemagne avait apporté un milliard d'euros de financement à ce projet et la France 700 millions. Le manifeste appelle aussi  à «achever l’Union [européenne] des marchés capitaux».

Enfin, le texte demande que l’Europe se protège mieux de la concurrence internationale et envisage «un mécanisme efficace de réciprocité pour les marchés publics avec les pays tiers». Une allusion directe à la Chine qui profite largement de l’échec du dernier cycle de négociations de l’Organisation mondiale du commerce qui lui permet de continuer à fermer en grande partie son marché intérieur en attaquant ceux des autres puissances industrielles. 

Un couple bancal

Mais dans leur effort commun pour défendre la place de l’industrie européenne dans le monde, Paris et Berlin forment un couple particulièrement bancal. L’Allemagne, grâce à son potentiel industriel est aujourd’hui la deuxième puissance exportatrice mondiale, juste derrière la Chine, avec un excédent commercial qui a encore battu un record en 2018, à 262,5 milliards d’euros, principalement au détriment de ses partenaires européens dont la France.

La France, elle, voit depuis une trentaine d’années son déficit commercial se creuser, avec de courtes périodes de faible rémission comme entre 1992 et 1996. Une descente aux enfers à peu près parallèle à la désindustrialisation que le pays a connue et qui lui a déjà coûté plus de deux millions d’emplois sur cette période.

Lire aussi : Passage de STX France sous contrôle italien : histoire d'une débâcle industrielle à la française


Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter