Venezuela : les Etats-Unis annoncent des sanctions contre la compagnie pétrolière nationale PDVSA

Venezuela : les Etats-Unis annoncent des sanctions contre la compagnie pétrolière nationale PDVSA© Marco Bello Source: Reuters
Le logo de la compagnie pétrolière nationale vénézuélienne PDVSA dans une station-service à Cupira, au Venezuela, le 16 décembre 2018.

Les Etats-Unis, qui tentent d'isoler le Venezuela sur la scène internationale, ont annoncé ce 28 janvier des sanctions contre la compagnie pétrolière nationale vénézuélienne PDVSA. 7 milliards de dollars de ses actifs ont été gelés.

Les Etats-Unis ont annoncé ce 28 janvier de nouvelles sanctions contre la compagnie pétrolière nationale vénézuélienne PDVSA. Washington a en effet décidé de lui interdire toute relation commerciale avec des entités américaines et a gelé dans le même temps ses avoirs à l'étranger, dont le montant est évalué à sept milliards de dollars. «Les Etats-Unis vont demander des comptes à ceux qui sont responsables du déclin tragique du Venezuela et nous continuerons à user de toute la panoplie d'outils économiques et diplomatiques pour soutenir le président par intérim [autoproclamé] Juan Guaido, l'Assemblée nationale et le peuple vénézuélien afin de restaurer leur démocratie», a prévenu le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin lors d'une réunion organisée à la Maison Blanche. 

Les raffineries de Citgo, filiale de PDVSA aux Etats-Unis, pourront poursuivre leurs activités mais tous leurs bénéfices devront être versés sur un compte bloqué, qui ne sera mis à la disposition que de l'opposant pro-américain Juan Guaido.

«Nous savons quel est le gouvernement légitime du Venezuela et notre mission est de réaliser ce que souhaite le peuple du Venezuela», a déclaré de son côté, le conseiller à la Sécurité nationale, John Bolton, présent aux côté de Steven Mnuchin. 

Le 23 janvier, Donald Trump avait apporté son soutien au président de l'Assemblée nationale et chef de l'opposition vénézuélienne après que ce dernier s’était autoproclamé «président par intérim» du pays, quelque jours après l'investiture du président du Venezuela Nicolas Maduro, réélu pour un second mandat. Les alliés de Washington dans la région lui avaient alors emboîté le pas à l'instar de l'Argentine, du Canada, du Chili, de la Colombie ou encore du Pérou. 

Lire aussi : «72 heures pour quitter le pays» : Maduro annonce que le Venezuela rompt ses relations avec les USA

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter