«Souverainisme sain» : le gouvernement italien annonce que le Parlement va rejeter le CETA

«Souverainisme sain» : le gouvernement italien annonce que le Parlement va rejeter le CETA© Andreas SOLARO Source: AFP
Le vice-Premier ministre italien et leader du Mouvement 5 étoiles Luigi Di Maio

Le vice-Premier ministre italien, Luigi Di Maio, leader du Mouvement 5 étoiles, a confirmé que la majorité parlementaire rejetterait l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada, remettant ainsi en question son existence même.

Le nouveau gouvernement italien ne s'en cache pas : le controversé accord de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada (CETA) est dans sa ligne de mire.

«Rapidement le CETA arrivera au Parlement pour la ratification et cette majorité le rejettera», a ainsi lancé le 13 juillet le vice-Premier ministre italien Luigi Di Maio devant l'assemblée de la Coldiretti, le principal syndicat agricole italien. «Si seulement un des fonctionnaires italiens à l'étranger continue à défendre des traités scélérats comme le CETA, il sera relevé [de son poste]», a-t-il en outre précisé.

«Etre ici, pour moi, signifie revendiquer un peu de souverainisme sain. Si tu t'occupes de produits italiens sur le marché, tu cherches à les défendre. [...] Nous devons défendre l'Italie et l'économie italienne», a poursuivi Luigi Di Maio, qui occupe également le poste de ministre du Développement économique et du Travail. Une annonce qui vient confirmer la déclaration du ministre italien de l'Agriculture du 14 juin, qui avait expliqué à l'occasion d'un entretien accordé au quotidien La Stampa, que son pays ne comptait pas ratifier l'accord.

Signé à la fin du mois d'octobre par Bruxelles et Ottawa, le CETA a été approuvé en février par le Parlement européen. Pour être définitivement valide, il doit toutefois être ratifié par chacun des parlements des 28 pays de l'Union européenne, bien qu'il soit déjà provisoirement entré en vigueur depuis septembre. Une décision que ses nombreux opposants, qui l'accusent d’affaiblir les normes sanitaires et environnementales, représentait un «déni de démocratie». A l'heure actuelle, seule une dizaine de pays l'ont ratifié.

Lire aussi : La France insoumise et Attac vent debout contre la mise en place provisoire du Ceta

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»