«A qui profite la reprise ?» : les bénéfices record du CAC 40 en 2017 font polémique

«A qui profite la reprise ?» : les bénéfices record du CAC 40 en 2017 font polémique
Illustration ©ERIC PIERMONT / AFP

Avec près de 94 milliards d'euros de bénéfices nets cumulés, le CAC 40 bat un record qui datait de 10 ans. L'annonce de la performance boursière des grandes sociétés françaises intervient toutefois dans une conjoncture moins favorable aux salariés.

Si les estimations varient à quelques milliards près, les investisseurs boursiers peuvent se frotter les mains : 2017 a été un millésime exceptionnel, puisque les sociétés cotées au CAC 40 ont engrangé près de 94 milliards de bénéfices nets cumulés – un chiffre qui n'avait pas été atteint depuis 2007, alors que la crise financière allait plomber durablement les marchés.

Sur la première marche du podium, le secteur financier a dégagé près de 21 milliards d'euros de profits selon le quotidien économique La Tribune daté de ce 8 mars. Suivent les géants de l'énergie (13,9 milliards) puis les constructeurs automobiles.

Ce record de gains pourrait toutefois se révéler embarrassant, au moment où le Français moyen voit le code du travail réformé par ordonnances, les retraites faire l'objet d'une nouvelle réforme ou encore le remboursement des soins de nouveau remis en question. Sur Twitter, plusieurs figures militantes n'ont pas manqué de relever ce parallèle.

«Les actionnaires se gavent. Les "privilégiés" sont là, pas dans les gares», a réagi Olivier Besancenot sur Twitter, faisant référence à l'intention du gouvernement de réformer, comme à son habitude par ordonnances, la SNCF.

Djordje Kuzmanovic, un des porte-parole de La France insoumise (LFI) s'est pour sa part dit indigné de l'importance des profits des grandes sociétés. «"Et en même temps" une femme de 73 ans est décédée aux CHU de Reims mardi après plus de deux heures d’attente sur son brancard», a-t-il écrit sur le réseau à l'oiseau bleu, poursuivant : «A qui profite la reprise économique ?»

L'économiste du Front national Bernard Monot, s'il se trompe sur les chiffres, dénonce de son côté un partage inéquitable des richesses. «Les salariés attendent toujours d'en voir la couleur», a-t-il lancé.

«A quand le dégel des salaires ? Parce que les dividendes des actionnaires eux, semblent bien dégelés depuis un moment», s'interroge Manon Aubry, porte-parole de l'ONG Oxfam France.

Lire aussi : Vous avez un Apple ? «Vous êtes avec l'ennemi !», lance Mélenchon à la manifestation d'Attac (VIDEO

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter