Silencieux pendant la campagne, les gardiens de la rigueur donnent de nouveau de la voix

Silencieux pendant la campagne, les gardiens de la rigueur donnent de nouveau de la voix
Jean-Claude Juncker et Pierre Moscovici en juin 2016, illustration ©JOHN THYS / AFP

Le sujet a largement été escamoté pendant la campagne pourtant, le budget de l'Etat français est toujours en dehors des critères de Maastricht. Malgré l'orthodoxie budgétaire annoncée par Emmanuel Macron, Bruxelles enfonce le clou.

La question a soigneusement été évitée pendant l'entre-deux-tours, mais il n'a pas fallu 24 heures après l'élection d'Emmanuel Macron pour que les dirigeants européens, plutôt silencieux sur le sujet jusque-là, ne se fassent entendre et rappellent les contribuables français à leurs obligations contractuelles. Non élu, mais désigné collégialement par les chefs d'Etat et de gouvernement, le commissaire européen à l'Economie, Pierre Moscovici, a rappelé à Emmanuel Macron que la France était sous le coup d'une procédure pour déficit excessif (PDE) et devait ramener durablement le déficit budgétaire sous la barre des 3% du produit intérieur brut (PIB).

Il a ensuite ajouté que la France n'avait qu'un effort «très minime» à faire pour se maintenir sous la barre de 3% en 2018. Le commissaire européen et ex-ministre des Finances français socialiste s'est par ailleurs dit confiant qu'Emmanuel Macron tiendrait «ses engagements de campagne» et respecterait les critères européens.

La veille, c'est Jean-Claude Juncker qui s'en faisait l'écho, déclarant : «Les Français dépensent trop». Comprendre, le budget de l'Etat français accuse d'année en année un déficit supérieur aux critères du Pacte de stabilité et de croissance accumulant ainsi une dette qui n'a cessé de croître et s'est envolée à partir de 2008 passant de 65% du PIB à 96 % en 2016. 

Les marchés avaient déjà anticipé l'élection d'Emmanuel Macron

Pourtant, les bourses mondiales n'ont quasiment pas bougé au lendemain de l'élection. Reposant sur le principe du pari sur une situation future, et des profits à en tirer, les marchés financiers avaient donc déjà intégré la victoire du candidat d'En Marche!. Le programme d'Emmanuel Macron, pro-européen, prévoit la suppression de quelque 120 000 fonctionnaires, ainsi qu'une augmentation de la CSG, qui tout en permettant à l'Etat de dépenser moins, rassure les opérateurs financiers quant aux risques d'une crise de la dette souveraine. «C'est comme si les investisseurs savaient depuis longtemps comment ça allait se terminer», a reconnu un investisseur cité par l'AFP.

Aussi, sur le marché dit obligataire – celui où les entreprises comme les Etats émettent des titres de dette – le taux d'emprunt français à 10 ans a-t-il terminé en séance le 8 mai à Wall Street à l'équilibre, à 0,845%, tandis que l'écart de taux de la dette allemande, considérée plus sûre par les marché à même échéance, continuait à se réduire, un mouvement amorcé depuis le premier tour. Alors que cet écart, spread en jargon financier, commençait à croître dangereusement avant le premier tour, il s'est resserré à l'ouverture des marchés ce 9 mai, atteignant un plus bas depuis la mi-décembre 2016.

Les investisseurs peuvent donc dormir tranquille, il semble que l'on touchera d'abord aux dépenses de l'Etat avant de remettre en cause le paiement des intérêts de la dette. C'est dans ce but que le déficit doit être contenu sous la limite des 3%, afin que les Français restent solvables. La France devra trouver quelque 200 milliards d'euros sur les marchés financiers rien que pour 2017. A la fois pour combler le déficit budgétaire annuel de l'Etat, mais aussi faire «rouler» la partie de la dette existante arrivant à échéance.

Lire aussi : «Les Français dépensent trop» : Juncker veut que Macron réduise la dépense publique

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.