#DeleteUber : quand Uber subit la foudre des manifestants anti-Trump

#DeleteUber : quand Uber subit la foudre des manifestants anti-Trump© Toby Melville Source: Reuters
Uber a fait un don de 3 millions de dollars pour soutenir les chauffeurs de taxis concernés par le décret anti-immigration signé par Donald Trump

De nombreux internautes assurent ne plus vouloir utiliser Uber, l'accusant d'avoir brisé la grève des taxis contre le décret anti-immigration de Donald Trump à New York. Son concurrent Lyft s'est engouffré dans la brèche.

Le décret sur l'immigration de Donald Trump, qui a beaucoup fait réagir Outre-atlantique, a notamment poussé les taxis de New York à faire grève, de nombreux conducteurs se sentant concernés car issus de l'immigration.

Pour marquer son soutien aux mouvements de protestation, le syndicat New York Taxi Workers Alliance (NYTWA), a demandé à ses employés de ne pas desservir l'aéroport JFK de New York pendant une heure.

La compagnie Uber, toujours très réactive, a profité de l'occasion pour prendre un maximum de courses. Alors que ses tarifs évoluent en fonction de la demande, elle a décidé de les bloquer à l'aéroport international afin qu'ils restent abordables.

Une décision qui n'a pas été du goût de nombreux internautes, qui ont considéré qu' Uber agissait comme un briseur de grève. Le hashtag «#DeleteUber» a alors pris de l'ampleur sur le réseau social Twitter, les utilisateurs mécontents appelant à ne plus utiliser les services de l'entreprise californienne.

Tout cela n'a pourtant pas profité aux taxis mais à Lyft, un concurrent d'Uber, dont l'application pour la premier fois de son histoire, l'a dépassé en terme de téléchargements sur l'AppleStore. 

Pendant que la compagnie californienne subissait la foudre de ses clients, Lyft a fait un don d'un million de dollars à l'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU), pour aider les chauffeurs de taxi concernés par le décret de Donald Trump.

Mais Uber n'a pas l'intention de se laisser emporter par la polémique, son PDG Travis Kalanick s'est empressé de prendre position pour les manifestants, considérant le décret anti-immigration comme «contraire à tout ce en quoi nous croyons». Il a, dans la foulée, annoncé un don à l'ACLU de... trois millions de dollars. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»